[TEST] Total War : Warhammer 3 est la merveilleuse conclusion qu’on souhaitait à une trilogie épique

   

Il est enfin là ; six ans après le premier opus et cinq ans après le deuxième, Total War : Warhammer 3 a fait son entrée fracassante sur nos PC. Les attentes étaient énormes, non-seulement parce que les deux épisodes précédents étaient hautement qualitatifs, mais aussi parce que la hype n’en a pas fini de monter.

Alors, est-ce que Creative Assembly a su conclure en beauté ? Et est-ce que les fans de Warhammer retrouveront le monde qu’ils n’ont jamais cessé d’aimer ?

 

 

 

  • Des factions hautes en couleur

 

Total War : Warhammer 2 a réussi le pari, avec des factions comme la Côte Vampire ou l’Expédition impériale, de proposer des races rafraîchissantes et peu explorées dans le lore. Le troisième opus a réitéré ce haut fait avec, disons-le clairement, encore plus de panache.

Kislev et le Grand Cathay viennent en tête – cette dernière particulièrement. Car si elles existent bien dans le lore, les terres les plus orientales du Vieux Monde n’ont jamais bénéficié de liste d’armée, ni de réelle profondeur. Avec la sortie plus ou moins récente de Three Kingdoms, on aurait pu croire que Creative Assembly se contente de nous propose une Chine féodale « warhammerisée ». Que nenni ! Entre sentinelles de terre cuite géantes, géomanciens, unités à poudre stylisées et seigneurs draconiques, le Grand Cathay paraît tout à fait à sa place dans le Vieux Monde !

Kislev et les Royaumes Ogres, deux factions généralement sous-utilisées, profitent de Total War : Warhammer 3 pour s’offrir des armées polyvalentes et variées, ainsi que des empires qu’on adore conquérir et manager. Bien entendu, les Démons du Chaos brillent par leur diversité ; Khorne, Nurgle, Tzeentch et Slaanesh son représentés par leurs avatars sur le champ de bataille, qui guident des armées aux unités spécifiques. Les mécaniques de campagne de toutes les factions sont proprement uniques, et offrent un gameplay varié à chaque nouvelle campagne.

Certes, on reste en attente des Nains du Chaos, mais les races proposées par le jeu de base raviront déjà tous les fans de l’univers.

 

 

 

 

 

  • Regardez cette map que je ne saurais cacher

 

Chaque Total War a pour terrain de jeu une map gigantesque, et Warhammer 3 ne fait absolument pas exception. Troy and Three Kingdoms, les deux derniers jeu historiques de la saga, ont affiché une direction artistique particulièrement impressionnante, les vibrantes couleurs de la mer Égée et les hauts pics de l’Empire du Milieu charmant l’œil plus d’une fois.

La trilogie Total War : Warhammer a pu profiter de son contexte de fantasy pour aller encore plus loin, et ce troisième opus saisit parfaitement l’opportunité : le Grand Mur de Cathay est l’incarnation de la robustesse et magnificence, tandis que les cités autour nous donnent juste envie d’un jeu à la première personne pour les explorer en détail. Kislev et ses rudes étendues baignent dans une noirceur ourlée de bleu lumineux, tandis que les terres arides des Ogres sont parcourues de volcans et de squelettes titanesques.

Et même si tout cela est bien beau, la grande beauté de la map réside dans les Royaumes du Chaos. Nous y reviendrons plus tard, mais la campagne du jeu nous propose à plusieurs reprises d’aller faire un tour là où les Dieux Sombres résident. S’il peut être délicat de donner vie à ces dimensions infernales, Creative Assembly a parfaitement réussi son pari ; des jardins putrescents de Nurgle aux canyons d’airain et de feu de Khorne, l’oppression est totale dans ces territoires cauchemardesques. La direction artistique dépeint parfaitement la folie des Royaumes du Chaos, avec des détails savoureux.

Au final, la map de Total War : Warhammer 3 est d’une sublime variété, avec un souci du détail qui ne peut que plaire aux yeux de tous.

 

 

 

 

 

 

 

  • Campagne et gameplay de qualité

 

Si le Nouveau Monde nous avait fait faire une course contre la montre pour maîtriser les énergies du Vortex d’Ulthuan, Total War : Warhammer 3 reprend bien le concept, mais le modifie. Ici, le dieu Ursun est prisonnier du prince démon Be’lakor ; pour démêler cette situation un poil apocalyptique, il nous faudra aller dans les Royaumes du Chaos et récupérer les âmes des avatars de chacune des déités.

Seuls les Seigneurs légendaires des factions peuvent pénétrer dans cette dimension infernale, via les Failles. Celles-ci apparaissent, environ, tous les quarante tours et peuvent être fermées avec une armée ou un héros. Attention cependant, car en plus de largement corrompre la région, elles feront également apparaître des armées qui se renforcent avec le temps !

La conquête de territoires classique de Total War prend ici une nouvelle ampleur, tant il faut gérer des menaces venant de partout ; heureusement, Creative Assembly nous donne les outils pour nous défendre ! Les batailles de siège ont été revues, avec d’abord le ravitaillement. Cette ressource, qui s’accumule au fil d’une bataille, permet au défenseur de bâtir des barricades et des tours défensives dont l’efficacité dépendra tant de leur niveau que de votre faction. Les villes mineures bénéficient aussi d’une refonte, avec des reliefs, notamment urbains, qui ajouteront encore plus de piquant à vos batailles.

Chacune des factions s’intègre harmonieusement dans cette nouvelle facette du Vieux Monde, et permet d’expérimenter la campagne avec une bien belle variété.

 

 

 

 

 

 

 

  • Le potentiel d’une fin

 

Total War : Warhammer 3 est certes la fin d’une trilogie épique, mais pas tout à fait.

D’abord parce que, avec les retours de millions de joueurs, Creative Assembly va pouvoir peaufiner son bébé encore d’avantage. Les correctifs arrivent déjà de manière « chirurgicale », selon les termes du studio britannique, afin de résoudre les problèmes petit à petit ; des modifications d’équilibrage devraient également être déployées au fur et à mesure que la vaste communauté de joueurs fera ses premiers retours.

Mais la nouveauté prochaine que tout le monde attend, c’est bien entendu Mortal Empires ! Prévue pour environ un mois après la sortie de Total War : Warhammer 3, cette mise à jour gratuite nous permettra d’expérimenter toutes les factions des trois jeux sur ce qui sera de loin la plus grande carte de l’histoire de la saga. On salive déjà à l’idée des milliers d’heures que prendront nos campagnes…

Et puis comme à son habitude, Creative Assembly compte bien nous gâter avec du contenu additionnel. DLC et FLC devraient arriver dans les prochains, apportant factions, unités, seigneurs et quelques remaniements de territoires. On sait déjà que l’Ind, Nippon et Kuresh ont peu de chance d’apparaître, mais il ne fait aucun doute qu’on aura déjà de quoi faire !

 

 

 

 

 

On a aimé :

  • La direction artistique globale
  • Les factions originales et extrêmement bien ficelées
  • Cette map de toute beauté
  • Les différentes mécaniques
  • La campagne avec Be’lakor énervé
  • La musique

 

On a moins aimé :

  • Le pathfinding toujours un peu… capricieux
  • Le manque de Héros de corps-à-corps pour la plupart des factions

 

 

 

 


NOTE FINALE


95 / 100


 

 

 

 

 

 

 

 

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit site bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire