La police de Seattle déploie des mesures contre le swatting

Si tout le monde peut être victime de swatting, cette pratique qui consiste à appeler la police chez une personne sans réelle urgence, le monde des jeux vidéo est particulièrement touché, en particulier les streameurs ; en plus d’occasionner un déplacement inutile et coûteux de forces armées, les conséquences peuvent parfois être très graves. En décembre 2017, Andrew Thomas Finch avait été tué par la police après un swatting organisé par des enfants.

Pour faire face à cette menace grandissante, la police de Seattle a annoncé la création d’un registre, où chaque personne se sentant concernée peut inscrire la possibilité de la menace d’un swatting ; bien que ce phénomène puisse survenir à n’importe quel moment chez n’importe qui, encore une fois, les streameurs sont les plus ciblés, ce qui leur offrira ainsi une protection supplémentaire. Ce système s’inspire de SMART 911, un registre dans lequel les gens peuvent inscrire différentes informations pertinentes en cas d’intervention armée : allergies, problèmes médicaux, troubles mentaux…

Est-ce que ce système sera suffisant, il est trop tôt pour le dire ; mais il est en tout cas rassurant de voir la police, même seulement dans certaines villes, déployer des mesures pour éviter les accidents mortels impliquant des armes à feu. Rappelons qu’au niveau politique, les représentants américains travaillent aussi à une loi punissant durement les commanditaires de swatting, afin de dissuader au maximum ce genre de pratiques à l’avenir.

 

 

 

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire