L’ancien PDG de Paradox Interactive s’en prend au partage des revenus de Steam

Après Randy Pitchford en avril, c’est au tour de l’ancien PDG de Paradox Interactive de défendre Epic Games et, par la même occasion, s’attaquer à Steam. Lors d’un panel Gamelab la semaine dernière, Fredrik Wester a désigné comme “outrageux” la répartition de 70/30 des revenus effectuée par Valve sur sa plate-forme.

Il a notamment défendu son point de vue en expliquant que les choses ne sont plus les mêmes : “C’était pour du physique, ça coûtait beaucoup d’argent. Là, ça ne coûte plus rien. Epic a fait quelque chose d’énorme pour tout le marché, parce que vous [les éditeurs ou studios, ndlr] gardez 80%. Merci beaucoup. C’est une décision fantastique“. Il est vrai que l’Epic Store ne prend que 12% de commission, soit presque le tiers de ce que Valve soustrait aux ventes effectuées via Steam. Si beaucoup de joueurs reprochent à Epic ses nombreuses exclusivités, d’autres pointent du doigt le manque de fonctionnalité de la plate-forme. Il est vrai que Steam propose beaucoup plus de choses – pour l’instant – mais est-ce suffisant pour justifier ce partage ? Non, pour beaucoup de développeurs.

Pour l’instant, Paradox Interactive n’a que Bloodlines 2 en exclusivité prévue sur l’Epic Store, mais rien ne garantit que d’autres ne seras pas annoncées à l’avenir. Fredrik Westler n’est certes plus PDG du studio, mais il est toujours au conseil d’administration. Peu après l’événement, Westler s’est fendu de quelques tweets, l’un d’eux étant assez explicite : “Posez-vous la question : pourquoi ils choisissent l’exclusivité ? Je vous donne un indice. C’est pour pas vous emmerder à utiliser plusieurs launchers“.

 

 

 

 

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

One thought to “L’ancien PDG de Paradox Interactive s’en prend au partage des revenus de Steam”

  1. Steam c’est autrement plus, que cette boutique préhistorique qu’est l’EGS, c’est des avis clients, un workshop, des forums, la possibilité pour ses amis de visionner sa partie en cours, du streaming pc vers périphériques, l’UI adaptée à sa tv, un DRM (steamworks) et j’en oublie.

    Tout ceci n’est pas gratuit et apporte une vraie valeur ajoutée à la plate forme, au studio, comme au client et je le dis d’autant plus facilement que, je ne porte pas spécialement steam dans mon cœur car je suis opposer aux DRM privateurs et spoliateurs, mais que je dois bien reconnaitre les qualités de steam que n’offre aucune autre boutique y compris GOG qui a pourtant ma préférence.

    Par ailleurs je note que paradox ne pousse aucun cri d’orfraie, lorsqu’il s’agit de dénoncer l’escroquerie qu’est la démate sur PC, où un AAA day one est vendu 60€ alors que contrairement à une version physique (sur console donc) tu ne peux ni revendre, donner, échanger ton jeu, une fois terminé, sans parler de tous les coûts logistiques économises (transports, mise en rayonnage, réassort, main d’œuvre etc.) qui peuvent représenter jusqu’à 6% du prix de vente (source AFJV).

    Sur console un AAA, acheté 50 ou 60€, me revient une fois terminé, et après revente sur LBC, entre 5 et 15€, là où un jeu démat acheté 40 ou 60€, sur PC, se fait à fonds perdus, car je ne récupère rien de l’argent que j’ai dépensé, ce qui grève d’autant mon pouvoir d’achat.

    Bref, que cette partie de l’industrie du jv, au cynisme et à la cupidité sans bornes, balaye devant sa porte, avant de venir chouiner, de façon totalement indécente à mes yeux .

Laisser un commentaire