Jen Oneal quitte la co-direction de Blizzard après trois mois, entraînant de mauvaises nouvelles

   

Ce mardi, les résultats financiers trimestriels de Activision-Blizzard ont été dévoilé, avec des résultats en demi-teintes ; le revenu net de 2,07 milliards de dollars est inférieur aux prédictions des analystes, mais néanmoins poussé par Diablo II : Resurrected.

Cela dit, la grosse mauvaise nouvelle a été une surprise pour tout le monde : la démission de Jen Oneal. Appointée en août dernier après la démission de J. Allen Brack, elle co-dirigeait Blizzard Entertainment avec Mike Ybarra ; cette direction à deux était étonnante, mais marquait également la première fois qu’une femme se trouvait aux plus hautes fonctions de Blizzard.

Si les raisons du départ de Oneal ne sont pas connues, certains s’aventurent à dire que cela à un rapport avec Vicarious Visions : racheté en ce début d’année, le studio qu’elle dirigeait a été pleinement intégré cette semaine aux activités de Activion-Blizzard, perdant ainsi son identité propre. Cela étant dit, ce genre de restructuration n’est absolument pas rare, et il est même possible que cela ait clairement été indiqué dans le contrat de rachat.

Jen Oneal a néanmoins publié un message officiel, expliquant : « Les meilleurs jours de Blizzard sont à venir. J’y crois sincèrement. J’espère aussi que cette lettre vous aidera à penser à ce que vous pouvez faire pour faire que les gens autour de vous – peu importe le genre, race ou identité – se sentent accueillis, confortables et libres d’être eux-mêmes« . Malgré tout, cette démission après seulement trois mois rend les choses délicates, et sonne comme un aveu d’échec – de Oneal ou de Blizzard, telle est la question.

 

 

 

Pour le moment, aucun remplacement ne lui a été annoncé, Mike Ybarra se retrouve donc seul à la tête de Blizzard. Mais d’autres critiques fusent déjà contre l’entreprise. Amy Dunham, ancienne directrice technique, a aussi quitté l’entreprise cette semaine en tweetant : « Avant de faire promesses de recrutement de femmes (généralement à des postes bas, où les gens ont moins d’opportunités de refuser les opportunités), réveillez-vous et comprenez pourquoi les femmes à des postes élevés choisissent de partir« . Est-ce que le départ de Oneal serait lieu à un problème de politique interne, malgré les changement initiés par les employés ?

Il est difficile de le savoir, tant l’éditeur californien est encore en plein de milieu de changements annoncés, et à venir. Ce qui est sûr, c’est que la situation actuelle de Blizzard ne va pas s’améliorer tout de suite : Overwatch 2 et Diablo IV ont été repoussés à quelque part en 2023, allongeant un temps d’attente déjà long pour leurs communautés respectives. Ajoutons à cela le manque global de contenu sur World of Warcraft, et les joueurs s’attachent de moins en moins à ce qui s’apparentait encore il y a peu à des licences légendaires. La récente annulation de la BlizzConline 2022 n’aide pas non plus à prendre confiance dans les futurs projets.

Espérons que Blizzard retrouve vite une direction capable de la remettre à flots, et la dirige, comme le souhaite Jen Oneal, vers des jours meilleurs…

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit site bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire