[TEST] Gladius – Relics of War, là où il n’y a vraiment que la guerre

Un jeu vidéo Warhammer 40,000, c’est toujours assez délicat ; Dawn of War III a été un échec en demi-teinte, à tel point que SEGA n’a carrément pas sorti de DLC pour son jeu. Alors, l’espoir est-il perdu ? Pas forcément, puisque Proxy Games et Slitherine Entertainment nous proposent Gladius – Relics of War, un nouveau RTS dans un lointain futur où, spoiler, il n’y a que la guerre…

 

  • Mourir un autre tour

 

On avait déjà eu quelques jeux au tour par tour, mais, il faut le dire, Gladius – Relics of War est le premier aussi accompli et travaillé. En tant que jeu 4X (exploitation, expansion, extermination et exploration), il ressemble à bien des égards à Civilization, mais reste tout de même différent. Car si il y a une carte constituée de tiles, des unités qui se déplacent dessus et des reliefs pénalisants, Gladius à ses propres spécificités ! Par exemple, au niveau de la construction de cités, les Nécrons ne peuvent en construire qu’au niveau d’anciennes tombes de leur race.

 

 

L’aspect “expansion” du jeu, de même que “exploitation”, est assez différent de ce dont on à l’habitude. Chaque ville doit acquérire des tiles aux alentours avant de pouvoir construire dessus ; chaque tile incluse est protégée par un rempart assez stylé, ce qui montre plutôt bien l’agrandissement de la ville. Les ressources sont peu nombreuses (minerai/réquisition/nourriture, énergie, influence et points de recherche) mais devront être utilisées avec parcimonie pour avoir rapidement une armée de taille respectable.

Au niveau des combats, fait assez intéressant, votre unité tirera automatiquement à chaque tour sur l’adversaire le plus proche ; c’est assez déroutant au premier abord mais illustre bien l’aspect agressif de Warhammer 40,000. Certaines unités disposent de capacités spéciales, comme les héros que vous pourrez produire : chapelain, seigneur nécron… Les adversaires seront assez agressifs, alors n’attendez pas trop avant de produire vos premiers atouts ! Notez que les adversaires que vous rencontrerez en premier seront très probablement des “autochtones”, comme des chiens kroots (arrivée des Tau en DLC ?) ou encore des Kastellans ou prêtres de la machine, fort indice de l’arrivée de l’Adeptus Mechanicus. J’ai d’ailleurs noté qu’à mon goût, les unités autochtones sont un peu trop puissantes et gênent l’avancée de vos plans militaires, quitte à faire l’impasse sur l’économie.

 

 

  • Un bien beau jeu, mais…

 

Il n’y a pas à dire, Gladius – Relics of War est très joli. les environnements de la planète son détaillés, et offrent une impressionnantes variété – forêts, toundras, terres désolées… Proxy Games a su rendre le jeu varié tout en restant dans une palette sombre qui lui sied parfaitement. Encore une fois, le développement visuel des villes est hyper bien fait, et donne un véritable sentiment d’accomplissement.

 

 

Cependant, on notera un petit point négatif avec les icônes ; en effet, qu’il s’agisse des bâtiments ou des unités, toutes leurs icônes sont en noir et blanc ! C’est dommage parce que des choses sympas auraient pu être faites de ce côté là. Les unités aussi sont très bien modélisées, et on retrouve de nombreuses unités issues du jeu de base de Games Workshop. Mais malgré tout, Proxy semble avoir oublié une feature très importante : un créateur d’armée ! En effet, il est impossible de customiser les armées avec les couleurs que l’on souhaite, il s’agit simplement de schémas très classiques. Dommage, on espère que ça arrivera prochainement…

 

  • Il manque des petites choses

 

En jouant, j’ai vraiment apprécié Gladius – Relics of War, et le travail qui a été fait dessus, mais il manquait un petit quelque chose, cette saveur discrète qui donne tout son goût à une réussite. Et en fait, c’est plein de petites choses qui manquent. Le créateur d’armée, certes, et aussi des icônes stylées, mais on regrette aussi l’absence d’histoire. A l’instar de Dawn of War : Dark Crusade, le jeu de Proxy Games se passe sur une planète précise, et a donc un cadre donné ; il aurait été possible (et appréciable) d’avoir un semblant de cadre scénaristique, avec, pourquoi pas, des quêtes personnalisées plus travaillées que les objectifs de faction assez vagues disponibles actuellement.

Au niveau des factions, quatre, c’est un peu léger ! Toujours pour comparer, Dark Crusade offrait la possibilité de jouer avec sept factions, et la carte stratégique était bien plus complexe. On a l’impression que Slitherine s’est réservé la possibilité de rajouter d’autres factions via des DLC, notamment les Tau ou le Mechanicus ; on espère juste que les prix ne seront pas abusifs…

De même, les héros n’ont pas de nom, ce qui enlève aussi un aspect lore qui aurait pu être sympa. Il aurait pu être intéressant, comme avec Davian Thule des Blood Ravens par exemple, de suivre les aventures de certains personnages au fil de plusieurs opus.

 

 

 

  • Alors, qu’est-ce qu’on pense ?

 

Proxy Games a vraiment innové en proposant ce 4X dans l’univers de Warhammer 40,000, avec un moteur graphique solide. Gladius – Relics of War est beau, original et efficace, mais on ne le sent pourtant pas complet. Qu’il s’agisse du nombre de factions jouables, ou de détails de finition, le jeu donne l’impression qu’il aurait pu être bien plus que ce qu’il est déjà. Mais avec le fort potentiel dont il dispose, on ne doute pas que des mises à jour gratuites et de DLC (pas trop chers ?) viendront peaufiner tout ça.

En attendant, Gladius – Relics of War est disponible sur Steam et GOG.

 

On a aimé :

  • Le concept de 4X
  • La présence des Nécrons, enfin
  • Le développement des villes
  • Une map sombre mais variée
  • De bonnes idées en général

 

On a moins aimé :

  • L’absence d’un créateur d’armées
  • Seulement quatre factions !?
  • Pas de quêtes/personnages historiques
  • Une IA adverse parfois trop agressive
  • Les opportunités manquées, trop nombreuses

 

 


NOTE FINALE


70 / 100


 

 

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire