[PGW 2018] Entretien avec Cedric Bukes, développeur chez Studio Wildcard

Ark : Survival Evolved a, dès son annonce, suscité une importante hype, de par ses mécaniques de survival hardcore et, bien sûr, parce qu’il y a plein de dinosaures. Cela dit, les DLC rapidement sortis et les problèmes d’optimisation n’ont pas vraiment aidé le jeu à briller sur la durée, qui conserve tout de même une importante base de joueurs. Studio Wildcard est même allé encore plus loin avec deux autres créations dans on univers, PixArk et Ark Park.

Lors de la Paris Games Week 2018, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Cedric Bukes, développeur pour Ark : Survival Evolved. Sur le salon étaient justement présents les trois jeux de cet univers, nous avons donc pu en discuter longuement.

 

  • Ark : Survival Evolved et le portage sur Switch

 

La fin du mois de novembre verra la sortie de Ark : Survival Evolved sur Nintendo Switch, ce qui marque aussi la première fois que le studio travaille sur cette console ; si les graphismes ont été légèrement réduits pour correspondre au hardware, ils n’en restent pas moins élégants. Pour avoir vu une démonstration, j’ai été assez impressionné de la fluidité – pour être honnête, cela tourne même mieux que sur certains PC ! Il est également important de noter que le jeu sera complet et qu’au fil des mois, les DLC seront rendus disponibles ; mais le plus intéressant réside dans le fait que le crossplay est en cours d’implémentation ! Si des détails techniques restent encore à régler, vous aurez donc la possibilité de switcher de la Switch (paye ton jeu de mot) à une console ou un PC avec le même compte.

 

  • Le potentiel futur de Ark Park

 

Sur place, j’ai également eu l’occasion de tester Ark Park sur PlayStation, qui fonctionne avec le casque de Sony – le HTC Vive sera aussi supporté à l’avenir. Pour rappel, ce jeu développé par Snail Games nous fait virtuellement visiter un parc où se trouvent de nombreux dinosaures, et l’on passe par des zones variées comme une réserve ou un musée d’hologrammes. Des activités interactives sont aussi présentes, comme la possibilité d’élever et chevaucher un dino, ou de participer à un mini-jeu sous forme de horde mode. Bref, le concept est vraiment sympa, mais pas encore abouti ; de ce que j’ai pu tester durant ma courte session (une quinzaine de minutes), les mouvements et la vision demandent encore beaucoup de polissage, de même que les contrôles via la manette de PlayStation, pas forcément pratiques. Cela dit, le concept est intéressant, et réserve beaucoup de potentiel

 

 

 

 

 

  • PixArk, le pari osé qui semble payer

 

J’avoue avoir été un peu dubitatif lors de l’annonce de PixArk, que je voyais surtout comme un moyen de conquérir les fans de Minecraft. Cedric m’a confirmé que oui, le jeu de Mojang avait bien entendu été une source d’inspiration majeure, mais aussi pour ses innovations de gameplay. Ainsi, les dynamites que vous avez tous utilisé dans votre vie pour faire des cratères géants (on l’a tous fait) offrent dans le jeu des possibilités de terraformation très intéressante.

Si l’ensemble du jeu est majoritairement semblable à Survival Evolved, des différentes subtiles existent, notamment au niveau du craft : des engrammes uniques existent pour ce jeu, afin de créer une diversité qui, encore une fois, n’est pas sans rappeler celle de Minecraft !

 

  • Le futur du Ark-verse et de Studio Wildcard

 

J’ai demandé à Cedric comment le futur se dessinait, notamment si l’on pouvait voir se développer à l’avenir de nouvelles licences ; ça n’est totalement pas impossible, l’équipe aimerait vraiment créer d’autres univers captivants.

Mais avant cela, il reste beaucoup de choses à faire sur Ark, notamment au niveau de l’histoire : si les DLC ont effectivement apporté plus de profondeur, l’objectif de Studio Wildcard est d’aller encore plus loin à l’avenir, en proposant un réel background bien solide. On ignore encore comment cela se traduira (DLC ? Quêtes ?), mais c’est une affaire à surveiller de près !

Concernant Ark : Survival Evovled en lui-même, de nombreux projets sont en route. Cedric m’a notamment expliqué que des gros efforts concernant l’IA sont en travaux, pour permettre, par exemple, à de grands groupes d’animaux de simuler des migrations. Encore une fois, l’objectif est d’apporter un maximum de réalisme à l’univers. Afin de renforcer la diversité, un autre point important, un nombre de mille dinosaures devrait être atteint, certaines bêtes disposant même de capacités uniques spéciales.

Merci beaucoup, encore une fois, à Cedric Bukes et à toute la team de Koch Media d’avoir organisé cette entretien. Une chose est sûre, le futur de Studio Wildcard s’annonce plein de bonnes choses !

 

 

 

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire