L’ARJEL statue sur les loot box, et ne les considère pas comme des paris

Depuis Star Wars : Battlefront 2, la polémique des loot boxes est allée bien au-delà du monde vidéo-ludique ; on peut citer par exemple le député américain qui a proposé des projets de loi dans ce sens, ou encore les investigations de la Belgique à ce sujet.

Cette semaine, c’est l’ARJEL, l’autorité de régulation française en la matière, qui s’est exprimée. Dans son rapport 2017/2018, elle indique le principe de loot boxes ne peut pas être considéré comme du “gambling” puisque quoiqu’il arrive, il y aura toujours quelque chose à la clé. De base, la question a toujours été plus éthique que légale, l’achat de loot boxes pouvant être vu comme des DLC déguisés pour avoir du contenu additionnel.

En revanche, de pas leur côté aléatoire et la volonté des joueurs d’avoir des trucs stylés (armes puissantes, skins légendaires…), l’ARJEL note des similitudes avec les cash machines, qui donnent envie de réessayer jusqu’à atteinte de l’objectif. Dans cette optique, l’organisation française appelle l’Europe, et plus particulièrement le Gaming Regulators European Forum, à prendre des mesures pour détailler le procéder. On ignore si cela sera suivi par le reste des pays membres, mais l’idée de poser un cadre est très bonne, pour ne pas dire nécessaire.

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire