IA rebelles, conspirations et Mr Blue Eyes : parlons donc de ce mystère captivant de Cyberpunk 2077

   

L’une des grandes forces de Cyberpunk 2077 réside dans ses quêtes : des personnages extrêmement bien travaillés au storytelling aux petits oignons, on ne peut que s’immerger profondément dans ce que Night City à a nous offrir.

L’une des meilleures quêtes du jeu est probablement Dream On et sa fin, si on peut l’appeler ainsi, nous laisse… well, sur notre faim. CD Projekt nous plonge dans une aventure de politique haletante, avec plusieurs forces à l’oeuvre pour finalement nous laisser sans réelle conclusion. Et pourtant, pour les plus observateurs des joueurs, c’est l’occasion de rencontre un certain Mr Blue Eyes.

Qu’est-ce qui se cache derrière ces yeux revolvers ? Quel est le lien avec les IA rebelles ? Que va-t-il advenir des Peralez ? Accrochez vos danses sensorielles, on part dans une enquête digne de River lui-même !

 

 

  • Dream On et l’observateur caché

 

Lors de la conclusion de la quête Dream On, on rejoint Jefferson Peralez dans un parc public pour discuter un peu, sans savoir que l’on est observé. Un peu plus loin se trouve effectivement Mr Blue Eyes, qui regarde la scène depuis un balcon sans dire un mot. C’est particulièrement étrange car, quelques instants auparavant, V s’effondre en étant victime d’un hack à distance ; une voix inconnue et pas très engageante lui signifie d’ailleurs qu’il vaudrait mieux s’occuper de ses affaires.

A partir de là, on ne peut que faire des suppositions. Qui est assez puissant pour perturber V comme ça ? Pourquoi ce mystérieux observateur semble tant concerné par Jeff Peralez, candidat à la mairie de Night City ?

On notera également que la première apparition de Mr Blue Eyes remonte à… 2018 ! Dans le premier trailer du jeu, le mystérieux personnage est visible, encore que ses yeux soient vierges de la luminescence qu’on leur connaît. L’hypothèse la plus probable est bien sûr celle du cut content, CD Projekt Red n’ayant pas eu le temps de finir son jeu comme prévu ; d’un autre côté, il serait inconvenant d’oublier la première cinématique de The Witcher 3, qui raconte une mission de Geralt se passant après le deuxième et dernier DLC. On peut donc imaginer que les développeurs nous ont offert un indice à peine remarquable de quelque chose de plus grand, aux conséquences visibles seulement après quelques années.

Malgré tout ce qu’on peut dire, le studio polonais sait y faire avec les intrigues !

 

 

 

 

  • Un anneau pour les contrôler tous

 

Mr Blue Eyes a les yeux bleus – d’où son nom, c’est assez évident. Mais l’autre particularité de ce monsieur se trouve sur ses mains : sur son index droit se trouve un magnifique anneau, marqué des lettres stylisées J et G. On ne sait pas ce qu’elles veulent dire, mais tout lien avec Gérard Jugnot semble exclu d’emblée.

Là où les choses passent de curieuses à excitantes, c’est quand on découvre que cet anneau est visible sur plusieurs autres PNJ :

 

  • Jefferson Peralez lui-même, le candidat intègre qui est victime d’une manipulation cérébrale à son insu.
  • L’agent d’Arasaka qui interrompt la carrière de V si vous choisissez la voie Corpo.
  • Un PNJ qui est tout le temps présent lors d’une scène où l’on discute avec Johnny, et qui semble particulièrement intéressé par notre conversation. A noter qu’il est toujours présent dans cette scène, là où les autres personnages sont générés aléatoirement.
  • Garry le Prophète, un homme un peu dérangé qui traîne devant le clinique de Vik et qui émet des théories un peu fantaisistes.
  • Des Chinois à qui l’on remet une puce, dans une mission donnée par Regina. Ladite puce doit auparavant être prise à des Russes armés… que l’on voit au Konpeki Plaza durant cette fameuse mission avec Jackie. Leur présence, bien que pas importante durant la séquence, semble donc particulièrement mystérieuse.

 

Bien entendu, il est possible qu’il ne s’agisse que d’un asset esthétique réutilisé par CD Projekt – mais ça fait quand même beaucoup de coïncidences, n’est-ce pas ?

 

« Coucou, faites pas attention à moi »

 

Ne vous laissez pas abuser par les frites en jpeg…

 

Yep, on voit bien l’anneau

 

Des gants ? Oui, mais sous l’anneau, s’il vous plaît !

 

 

 

 

  • Sandra Dorsett, ou comment le mystère s’épaissit

 

Il est dur de ne pas se rappeler de Sandra Dorsett, cette pauvre corpo qu’on sauve des griffes des Désosseurs lors de notre première mission avec Jackie Wells. Pour rappel, on la retrouve dans une baignoire, ses yeux clignotants d’une lumière bleue, avant de se connecter à elle et de provoquer un arrêt cardiaque.

Fait intéressant, lorsque V se connecte à elle, sa vision semble bugger et il explique avoir l’impression d’avoir « attrapé quelque chose« . Certes, cela pourrait être un rhume… ou peut-être quelque chose de plus néfaste, comme un malware particulier ou une IA rebelle ?

Mais la Trauma Team arrive, embarque Sandra et l’aventure se poursuit gaiement – sauf pour Jackie, bien sûr, mais c’est là une autre histoire. Quelques temps plus tard, Sandra Dorsett contacte V pour lui demander de récupérer un éclat de données particulièrement sensible. On y apprend que Night Corp, l’entreprise pour laquelle travaille Sandra, s’occupe d’un projet de contrôle neural visant à laver le cerveau des gens et de les contrôler avec… des IA rebelles. C’est précisément ce que Johnny suspecte qu’il arrive à notre bon vieux Jeff Peralez.

Est-ce que Sandra Dorsett est une victime malheureuse, donnée en pâture par ses employeurs aux Désosseurs pour avoir découvert certaines vérités ? Est-ce que Night Corps est vraiment derrière tout ça, ou l’entreprise est elle-même manipulée par une plus grande puissance ?

 

Pas la grande forme, Sandra…

 

 

 

  • Les Peralez et Judy, victimes ou orchestrateurs ?

 

Jefferson Peralez est candidat à la mairie de Night City, et une chose primordiale le distingue des autres habitants de la ville : sa volonté de ne pas être à la botte de qui que ce soit, et rester intègre même si ça doit le mener à la défaite. Une qualité hautement admirable, et d’une grande rareté.

Lorsque sa femme et lui demandent à V d’enquêter dans leur appartement, une pièce secrète y est découverte, ainsi que des engins qui trifouillent le cerveau à distance. Et durant l’enquête, Elizabeth Peralez se rappelle avoir commandé des fleurs bleues à son mariage, alors qu’une photo montre clairement des roses rouges. Sa réaction laisse penser à un mensonge, ou bien peut-être est-elle simplement elle aussi victime de son complot. Quoiqu’il en soit, sa réaction suscite quelques interrogations.

Judy Alvarez aussi semble impliquée : c’est elle qui nous met en relation avec les Peralez, et elle semble échanger avec eux plus ou moins régulièrement, d’après ses emails. Plus étonnant encore, Judy indique avoir entendu Johnny Silverhand à une occasion, et aussi que nous sommes de simples cadavres doués de parole ; une observation un peu bizarre, vous en conviendrez. Probablement contre son gré, il est possible que Judy soit elle aussi embarquée dans cette vaste conspiration.

 

Les Peralez, manifestement pas très à l’aise

 

 

 

  • Garry le Prophète est trop faux pour ne pas être vrai

 

Devant la boutique de Misty se trouve un homme particulièrement dérangé, qui déblatère sur des théories du complot n’ayant pas vraiment de sens. Que ce soit à cause de la drogue ou d’implants défectueux, Night City regorge de ces énergumènes auxquels il ne vaut mieux généralement pas prêter attention.

Le truc, c’est que Garry souffre clairement de paranoïa, or c’est un symptôme que l’on retrouve aussi chez Elizabeth Peralez, mais aussi Lizzie. Cette dernière, en tant qu’être lourdement cybernétisée et proche de Judy, peut être une victime potentielle de ce vaste complot. Notons que Jefferson et Sandra Dorsett semblent aussi devenir paranoïaques après un certain temps, ce qui peut être en lien avec une altération cérébrale, ou peut-être le contact d’une intelligence artificielle renégate.

Le kidnapping de Garry laisse également envisager qu’il en savait trop sur quelques chose. Pour rappel, une certaine puce défectueuse implantée par un charcudoc lui a permis de capter des transmissions d’aliens venus d’Alpha Centauri, selon sa propre version. C’est en soi peu probable, mais la vérité n’est peut-être pas si éloignée : Mr Blue Eyes possède clairement des intérêts dans l’espace, et Crystal Palace pourrait éventuellement être ce fameux vaisseau spatial extra-terrestre que Garry pense avoir découvert.

De par son curieux anneau, le prophète auto-proclamé paraît être soit victime d’une forme de contrôle, soit lui-même dans le coup. Sa disparition est-elle définitive, ou le retrouverons-nous lors d’un prochain contenu ? Quoiqu’il en soit, Garry est clairement un élément majeur de la conspiration.

 

Ce montage douteux prend tout son sens quand on lit l’article – à peu près.

 

 

 

  • Bleue est la couleur du mystère

 

S’il n’est pas rare de voir les yeux des habitants de Night City s’illuminer, c’est en général lorsqu’ils se connectent à quelque chose, ou effectuent une action digitale.

Les seules fois où une personne a les yeux perpétuellement fluorescents, c’est lorsqu’elle est une « poupée » : une personne entièrement possédée à distance par une autre, de ses mouvements à ses paroles. C’est le cas des travailleurs sexuels du Clouds ou de Maiko, la fille envoyée par Hanako pour traiter avec V. Dans ce cas là, est-ce que Mr Blue Eyes est lui aussi contrôlé H24 ? Ou est-il lui-même le marionnettiste derrière une myriade de personnages ? Quoiqu’il en soit, ses yeux font clairement plus que lui donner son surnom.

Mais cette couleur est visible ailleurs : dans la pièce secrète de l’appartement des Peralez, les messages sont envoyés et adressés par un agent « bleu« . Dans le van que l’on poursuit peu après, un contrôleur neural est visible, émettant une couleur bleue ; durant cette séquence, vous pourrez également noter que les commandos d’élite ont aussi des yeux bleus fluorescents. Et si vous essayez de les neutraliser de manière non-létale… leurs têtes exploseront ! Un utilisateur de Reddit l’a remarqué, ce qui va dans le sens du message crypté indiquant que les commanditaires « ont l’autorisation d’appliquer des protocoles de fin en cas de capture ou d’incapacité« . Dans ce cas précis, on imagine que la « fin » en question consiste à tuer les agents pour éviter tout interrogatoire.

Enfin, notre bon ami Garry le Prophète a été kidnappé par « des gens en costumes noirs avec des yeux bleus« . Si ça sent pas l’histoire cheloue, tout ça…

 

Un regard qui donne envie de lui toucher le tralala

 

 

 

  • Morgan Blackhand, une idée tirée par les cheveux ?

 

Vaguement mentionné dans Cyberpunk 2077, ce personnage créé à l’effigie de Mike Pondsmith (le créateur du jeu de rôle de base) est un élément important du lore de l’univers. Grosso modo, c’est un super-merc réputé comme étant le meilleur guerrier solo de l’Histoire, présumé mort dans une opération ; cela dit, certains témoins rapportent l’avoir vu à Japantown dans des fusillades particulièrement violentes, la porte est donc ouverte à son retour.

OK, mais c’est quoi le rapport avec notre histoire ? Du point de vue de V et des autres personnages de l’histoire, aucun – absolument aucun ! Et pourtant, dans les fichiers du jeu, la coupe de cheveux de Mr Blue Eyes est indiquée comme appartenant à Morgan Blackhand. Mystère et boule de gomme, mon cher James Wilson.

Un peu à l’image de Johnny, on imagine que s’il est mort, Morgan Blackhand pourrait revenir sous la forme de construct. Mais dans ce cas là, quel est son lien avec Mr Blue Eyes ? Est-il devenu lui-même une IA ? Souhaite-t-il utiliser Peralez pour contrôler la ville ?

Les possibilités sont nombreuses, bien que tirées par les cheveux. Mais reconnaissons que le nom du fichier est particulièrement curieux, et n’est certainement pas un hasard

 

 

 

 

  • La grande mascarade des intelligences artificielles ?

 

Un charme doux-amer qu’on peut trouver à Dream On est que, dans cette grandiose histoire de manipulation cérébrale à l’échelle de la ville, aucune conclusion satisfaisante ne peut être trouvée. V cherche juste à survivre et, si possible, se faire un nom parmi ceux qui veulent le tuer.

Et peut-être que, justement, ce qui menace les Peralez est un trop gros morceau pour notre mercenaire préféré. L’un des moments les plus effrayants du jeu prend place avec les Voodoo Boys, lorsqu’on découvre que le Net est un endroit encore plus dangereux que ce qu’on pourrait suspecter. Des IA rebelles habitent cette dimension méconnue, certaines étant capables d’une destruction dont même l’appréhension échappe à l’esprit humain. Ça fait peur, hein ?

Les deux premiers trailers de Cyberpunk 2077 mettaient beaucoup l’emphase sur la MaxTac et les cyberpsychos – on peut présumer que le planning compliqué de CDPR a changé les choses. Autre élément intéressant, si vous écoutez la station de radio Morro Rock, un certain DJ Mike (lui aussi créé d’après Mike Pondsmith) parle de sa théorie selon laquelle la cyberpsychose pourrait être causée par des IA rebelles.

Rappelons-nous d’ailleurs d’une des missions de Regina, qui nous demande d’aller nous occuper d’une cyberpsycho. Sauf que celle-ci est au centre d’un rituel qui semble vouloir invoquer Lilith, une IA rebelle relativement connue ; forcément, tout ne se passe pas comme prévu et le réceptacle pète un petit peu un câble. On se retrouve donc avec une des séquences les plus terrifiantes de Cyberpunk 2077, et ça envoie quand même du lourd :

 

Coucou, tu veux voir mon gros calibre ?

 

 

Vous vous rappelez quand, plus haut, on parlait de Sandra Dorsett et son petit souci d’arrêt cardiaque ? Ses yeux ont arrêté de luire de ce fameux bleu lorsque V s’est branché à elle, comme si le mal qui l’affectait avait disparu pour trouver un nouvel hôte. Plus loin dans le jeu, Mr Blue Eyes affirme « je sais ce que tu es« , et non pas « qui« . Est-il possible qu’en plus de l’engramme de Johnny Silverhand, notre personnage possède/soit autre chose ? D’aucun remarqueront que Delamain a commencé à perdre les pédales après que V se soit connecté à lui…

La question semble donc trouver son origine, et un début de réponse, dans l’état de Sandra Dorsett. Son employeur n’est autre que Night Corp, la fondation corporatiste créée par Richard et Myriam Night. Il semblerait que d’une manière ou d’une autre, la discrète mais puissante entreprise ait réussi à assujettir des intelligences artificielles renégates pour tempérer le cerveau humain. Si l’exploit paraît presque irréalisable, on ne peut toutefois s’empêcher de penser aux R.AB.D.I.D ; ces clones intangibles de Roche Bartmoss, le plus grand des netrunners dont on découvrez le cadavre en jeu, sont réputés comme étant particulièrement destructeurs, et n’ont personne pour les contrôler. Il n’est pas impossible que Night Corp se soit accoquiné avec eux.

Bien entendu, quand on parle d’IA, il est difficile de ne pas mentionner la redoutable Alt Cunningham. On ne va pas se hasarder à devenir ses motivations, tant elles sont nombreuses, mais son passé recèle néanmoins un aspect intéressant : ITS. Cette mystérieuse entreprise a employé Alt en lui permettant de créer le Tueur d’Âmes. On ignore tout de ce groupe, mais une corporation au background inconnu ferait un excellent méchant/adjuvant de DLC, n’est-ce pas ? Si même l’acronyme n’a pas de signification publique, je verrais bien (et on rentre dans le plus pur theorycrafting) quelque chose comme « Individual Transcendantal Sentience« , l’objectif étant la digitalisation totale de l’âme. Certes, ça vaut ce que ça vaut, mais ça a au moins le mérite de s’intégrer dans tout ce qu’on a vu précédemment !

En bref, les intelligences artificielles ont clairement un rôle à jouer dans cette conspiration, même s’il apparaît extrêmement nébuleux. La question, c’est de savoir si V est à la hauteur pour les affronter…

 

Alt Cunningham. Tout simplement.

 

 

 

  • En conclusion

 

On va pas se mentir, ça fait un gros article des familles ! Et s’il est toujours impossible d’avoir une réponse définitive sur les machinations de Mr Blue Eyes ou le sort du couple Peralez, on voit que différentes options s’offrent à nous pour une suite épique. Il est également probable que certains de ces éléments ne soient pas connectés du tout entre eux, et servent juste à donner encore plus de concret à ce vaste univers.

On peut néanmoins faire un parallèle assez évident entre Mr Blue Eyes et Gaunter de Meuré, personnage emblématique de The Witcher 3 qui a été l’antagoniste principal du DLC Hearts of Stone. Avec le storytelling propre à CD Projekt Red, on appréhende avec joie un tel personnage à Night City, et les histoires qui peuvent en découler.

On ignore quand sera annoncée la première extension de Cyberpunk 2077, mais avec la récente sortie du patch next gen, on peut fantasmer sur une annonce officielle d’ici cet été. Et si on veut vraiment pousser l’espoir à son paroxysme, notons que le compte officiel du jeu a très récemment tweeté l’image suivante :

 

 

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit site bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire