Gabe Newell évoque la concurrence avec Epic, et le fait que nous soyons proche de la Matrix

Créateur de Valve et figure respectée du jeu vidéo, Gabe Newell est un homme relativement discret, dont la plupart des photos viennent d’excellents mèmes. Mais très récemment, le monsieur a donné deux interviews intéressantes, sur des sujets chauds et modernes. Sans plus attendre, découvrez la parole sacrée ci-dessous :

 

  • Cerveau et jeu vidéo

 

Plus les années passent, plus les technologies s’affinent et permettent de nouvelles expériences d’entertainment. 4K, ray tracing, réalité virtuelle… les dernières années ont été particulièrement riches pour nos yeux, mais si on allait plus loin ? Futur fantasmé dans des films comme le récent Ready Player One, le fait de contrôler des jeux grâce à son cerveau apparaît de plus en plus comme une réalité ; certes, cela fait des décennies qu’on dit ça, mais Gabe Newell prend ça très au sérieux. Dans une interview à IGN, il a ainsi déclaré : “Le domaine sur lequel je passe beaucoup de temps a eu pas mal de recherches qui ont été menées il y a un moment, sur les interfaces cerveau/machine. Je pense que c’est sur du long terme, donc c’est le genre de problème de fond dont je m’occupe quand d’autres trucs n’occupent pas mon attention“.

Actuellement, la communication directe entre un cerveau et une machine est possible, mais de manière limitée : des prothèses ont ainsi vu des neurones artificiels, en lien avec le cerveau, activer des mécanismes entièrement construits par l’homme. En parallèle, la société Neuralink travaille à des interfaces neuronales plus poussées. Même si les travaux sont rarement mis en lumière, son co-fondateur Elon Musk semble optimiste sur de prochains progrès significatifs.

Et manifestement, Newell l’est aussi : “Nous sommes bien plus près de la Matrix que les gens l’imaginent. Ca ne sera pas la Matrix, puisque qu’il s’agit d’un film et que ça passe sous silence toutes les intéressantes subtilités techniques et le côté étrange sur comment une interface cerveau/machine sera. Mais ça aura un impact énorme sur le genre d’expériences que nous créons sur les gens“. Actuellement, Valve mise fortement sur la réalité virtuelle avec Half-Life : Alyx, et espère que la célèbre licence servira de fer de lance pour une plus large démocratisation dans les années, voire les mois à venir.

 

 

 

  • Epic et la compétition

 

Cela fait maintenant plus d’un an que la communauté des gamers se déchire sur un sujet majeur : Epic Games, opportunité salvatrice ou héraut du mal ? Beaucoup voient d’un mauvais œil les exclusivités agressives du studio, à tel point que des licences comme Rocket League, Borderlands ou encore Metro ont subi de violents critic bombings sur Steam. Si l’actualité est plus diversifiée ces derniers mois, certains continuent d’en tenir rigueur à Epic.

Mais dans une interview à Edge Magazine, le papa de Valve a abordé le sujet avec honnêteté, et ne semble pas en vouloir à la concurrence, bien au contraire : “La compétition pour les magasins de jeu est géniale pour tout le monde. Cela nous permet de rester honnêtes, et ça vaut pour tout le monde. Mais c’est moche au début. Mais sur le long terme, tout le monde bénéficie de la discipline et de l’attention que vous devez avoir sur votre business et les gens qui viennent vous pousser à vous dépasser“.

En tant que vétéran de l’industrie, Gabe Newell sait de quoi il parle. Pendant de longues années, Steam est resté la plate-forme de référence pour tous les joueurs PC – et justement, c’est une des raisons de l’hostilité envers l’Epic Store. Et même si les exclusivités peuvent être un peu reloues, il est normal de vouloir contrer l’hégémonie de Steam de cette manière : Fortnite était déjà une base plus que décente pour pousser à l’utilisation de l’Epic Store, mais en ajoutant de gros noms comme Borderlands à son catalogue, le studio espère attirer un nouveau public qui restera sur le long terme. Depuis plusieurs mois, Epic offre également de nombreux jeux, et si l’on peut voir ça comme une tentative de soudoyer les joueurs, il n’en reste pas moins que ceux-ci en sortent gagnants.

Un autre facteur important est à prendre en compte : depuis de trop longues années, Valve se repose très majoritairement sur les revenus de son magasin en ligne pour sa survie, au grand dam des fans de la première heure. Un bouleversement de son modèle économique pourrait bien pousser ses équipes à revenir vers le développement de jeux, comme c’est le cas avec Alyx et les éventuels projets en route. Au final, est-ce que Epic Games ne pourrait pas être la raison pour laquelle nous aurons enfin Half-Life 3 !?

 

 

 

 

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire