Démonstration ce soir des avancées de l’IA DeepMind sur StarCraft II

Difficile de ne pas avoir entendu parler de DeepMind, entreprise britannique spécialisée dans l’intelligence artificielle ; son programme phare s’est notamment illustré plusieurs fois, au cours des dernières années, sur StarCraft II. Blizzard Entertainment a en effet mis à disposition son jeu et son expertise pour permettre à DeepMind d’entraîner avec toujours plus d’intensité son IA. En 2016, le programme AlphaGo réussissait à battre le champion du monde Lee Sedol, ouvrant ainsi une nouvelle ère à l’IA.

Mais il semble que d’autres avancées aient encore été réalisées depuis plusieurs mois, et on en saura plus ce soir. En effet, de 19h à 20h (heure de Paris), Blizzard et DeepMind dévoileront l’état de leurs dernières recherches avec des démonstrations en live. Vous pourrez notamment retrouver la diffusion en direct sur la page YouTube de DeepMind ou la chaîne Twitch de StarCraft.

 

Watch live video from StarCraft on www.twitch.tv
 

On ne sait pas encore à quoi s’attendre, mais plus les années passent, plus les joueurs se montrent impressionnants. L’exemple le plus parfait est Serral, foreigner sur le toit du monde depuis sa victoire lors de la BlizzCon 2018. C’est particulièrement important de voir les joueurs s’améliorer car ils deviennent à chaque seconde, de par leur imprévisibilité, un défi de taille pour les intelligences artificielles. On se rappelle que le logiciel développé par OpenAI était venu à bout relativement facilement de professionnels de DotA 2.

Mais alors, pourquoi StarCraft II ? Sa complexité est bien supérieure, mais surtout, cinq éléments précis intéressent DeepMind :

 

  • La théorie : contrairement à certains jeux, StarCraft II n’est pas linéaire avec une stratégie particulière à suivre. L’évolution constante de la partie pousse à étendre son horizon stratégique.
  • L’information imparfaite : autre particularité du jeu, et courante dans les RTS, le brouillard de guerre. L’information est vitale mais cachée, le scouting poussant à parfois faire certains sacrifices pour acquérir une information précieuse. Après tout, le savoir, c’est le pouvoir, et le Mechanicus sera bien d’accord.
  • Les effets à long terme : on le remarque surtout dans les macro-games, une action à un moment T peut avoir des conséquences beaucoup plus tardives. Par exemple, un opening agressif stargate chez un Protoss pourra plus tard lui permettre de switcher vers une composition aérienne plus facilement que si la décision avait été prise plus tard.
  • Temps réel : contrairement au jeu de go ou aux échecs, StarCraft II se déroule en temps réel, l’analyse et la prise de décisions devant donc se faire de manière quasi-instantanée.
  • Le multi-tâche : toujours dans cette optique, les joueurs doivent effectuer des décisions en même temps, parfois de leur propre chef, parfois en réaction aux moves de l’ennemis. Cela oblige donc à être partout à la fois.

 

On ignore encore la substance du stream de ce soir, mais cela risque d’être passionnant. N’oubliez donc pas d’allumer Twitch entre 19h et 21h !

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire