[TEST] Warhammer : End Times – Vermintide : Death on the Reik, une ballade chaotique s’offre à nous

C’est après l’annonce du second opus du jeu (dont vous pouvez retrouver du gameplay ici) qu’est parut ce DLC de Vermintide : Death on the Reik, et ici, on prend les mêmes ingrédients et on recommence ! Dans cette nouvelle aventure composée de deux nouveaux niveaux, il vous faudra détruire de dangereux ouvrages volés par un homme de confiance de l’aubergiste. Équipez-vous de vos meilleures armes et de vos sorts dévastateurs et poursuivez alors l’immonde malandrin à travers ce DLC.

 

 

  • Une ambiance toujours bien retranscrite :

La poursuite du voleur n’est qu’un prétexte pour nous faire passer par deux endroits iconiques du Vieux Monde et encore inexplorés dans le jeu : la forêt de la Reikwald puis le fleuve Reik. Aventurons-nous donc d’abord dans cette forêt maudite et peuplée de bêtes du Chaos et retrouvons cette ambiance pesante angoissante que tout fan de Warhammer s’attendrait à voir dans une œuvre d’adaptation bien menée. Puis passons sur le plus important fleuve de l’Empire, proche de la capitale Altdorf.

On pourrait se contenter de dire que le studio Fatshark a su recréer cette ambiance dès le jeu de base, une chose avec laquelle je suis d’accord, mais ici on est au paroxysme de ce qui a été fait jusque là. Une fois avoir fait ce DLC, il sera difficile de se représenter une escapade de nuit dans la Reikwald ou sur le Reik d’une autre façon, les décors sont écrasants mais très représentatifs de l’univers et la brume, encore plus présente que jamais, rajoute vraiment quelque chose à l’ambiance et au gameplay.

 

 

  • C’est bien, mais c’est la même chose, non ? :

Comme dit plus haut, “on prend les mêmes et on recommence” ? Oui et non.

On reste effectivement dans la continuité de ce qui a été fait jusque là : une progression linéaire, des monstres par paquets de cent, du fun en barres et du lore à foison, le tout dans des niveaux très bien réalisés et assez fidèles à l’univers. Cependant, ici on peut voir l’émergence d’un story-telling un peu plus poussé, comme le fait de devoir faire sauter un barrage pour éteindre les flammes avant de pouvoir passer au lieu suivant, de juste tailler dans les tas de planches.

Mais bien évidemment, l’élément le plus marquant de ce DLC est le passage en bateau sur le Reik ! En effet, dans le deuxième niveau du DLC, vous poursuivez toujours le traître qui s’enfuit maintenant à bord d’un bateau : le Dawnrunner ; après avoir longé la côte quelques minutes, vous tomberez vous aussi sur un bateau dans lequel il faudra embarquer avant que les skavens, à vos trousses pendant tout le niveau comme à leur habitude, ne vous compliquent la tâche. Une fois dessus, faire attention aux ratlings vous assaillant depuis la berge pendant que le bateau poursuit le Dawnrunner sera capital, tandis que plus loin, vous devrez carrément survivre à un abordage !

 

 

  • Qu’est-ce qu’on en pense ? :

Death on the Reik est, au final, un DLC qui s’inscrit dans la continuité des autres de façon assez classique mais qui va sublimer l’utilisation des ambiances et pousser un peu plus loin le story-telling. C’est donc un bon DLC, pas transcendantal mais ce n’est pas ce qu’on attendait de lui, en revanche il est bourré de fun (et encore plus en multijoueur) et de références aux amateurs de l’univers. C’est également un contenu qui, il est bon de le rappeler, vaut son prix : 6,99€ sur Steam.

 

On a aimé :

  • Un story-telling plus poussé
  • L’ambiance et la représentation des décors
  • La bande son
  • Une fidélité à l’univers à son maximum
  • La brume et les effets de lumières
  • La phase en bateau

 

On a moins aimé :

  • La phase en bateau qui se limite à repousser des abordages
  • Des ennemis parfois un peu trop nombreux
  • La nouvelle arme qui est plutôt décevante comparée aux précédentes

 


NOTE FINALE


80 / 100


 

   

Vraccas

Joueur invétéré depuis toujours, fan de lore et d'histoires bien construites mais aussi de bon gros jeux défouloirs sans scénario.

Laisser un commentaire