[TEST] World War Z : une excellente avalanche de cadavres ambulants

   

Avant d’être un film puis enfin un jeu, World War Z est le titre d’un roman de Max Brooks. Sans surprise, le sujet est commun aux trois œuvres : les morts-vivants, infectés ou zombies si vous préférez ! Après le succès mondial du film, il est logique que nous ayons eu droit à un jeu.

Mais attention, ne vous attendez pas à incarner un Brad Pitt complètement badass déterminer à sauver le monde de la pandémie … Saber Interactive nous propose ici un TPS en coopération où jusqu’à 4 joueurs pourront s’associer pour mener à bien différentes missions dans plusieurs campagnes, appelés chapitres. Chacun de ces derniers offrira des environnements, des personnages et des objectifs variés. Une multitude d’armes, accessoires et compétences viendront s’ajouter au tout, mais nous détaillerons tout ça plus loin.

 

 

  • Un sentiment de déjà vu, avec deux-trois petits trucs en plus !

 

Encore un jeu coop avec des zombies me direz-vous … Il est vrai qu’il en existe déjà pas mal ! Mais Saber Interactive a largement mis en avant ses atouts qui lui sont propres, à savoir :

  • son moteur dynamique Swarm Engine qui anime les hordes de morts-vivants à l’image d’une vague déferlante
  • son système de classe ayant chacune ses attributs et ses compétences déblocables
  • ses centaines de zombies
  • des armes à faire évoluer

Chacun des quatre chapitres se décompose en trois missions (sauf pour le dernier, mais un DLC gratuit approche, voir plus loin dans l’article) où les joueurs prendront les commandes d’un des personnages spécifiques au théâtre d’opération ainsi qu’une classe parmi les six disponibles. Ces classes vous permettront de vous spécialiser en fonction de votre style de jeu. Gardez seulement à l’esprit qu’il faudra composer avec vos camarades car à un niveau de difficulté élevé, une certaine synergie s’imposera si vous comptez arriver à bout des missions les plus ardues.

 

Il vous faudra débloquer chaque compétence des différentes classes grâce à l’expérience gagnée en partie.

 

Le chemin avant de débloquer l’ensemble des atouts d’une même classe peut paraître long et fastidieux, surtout si vous jouez plusieurs classes, ce qui est d’ailleurs conseillé afin de palier à certaines faiblesses dans la composition de votre bande de joyeux lurons. Mais la diversité du gameplay permettra à coup sûr de ne pas vous ennuyer !

Du côté des armes, vous pourriez avoir du taf, mais là aussi libre à chacun de développer les armes qu’il préfère, à condition toutefois de jouer avec ! Et oui, vous ne gagnerez pas d’expérience sur une arme si vous ne l’utilisez pas. Pour certains, cette facette de gameplay, couplée aux nombreuses compétences, améliorera grandement la durée de vie du jeu. L’intérêt est donc de vous pousser à varier votre style de jeu pour, sur le long terme, fortement gagner en polyvalence. Et ça, c’est toujours utile quand on doit faire face à des hordes de zombies sprinteurs.

 

Un tas de variantes à débloquer, apportant plus ou moins de bonus/malus à votre arme (et beaucoup de classe !)

 

  • Un gameplay agréable et immersif

 

Les mouvements et les (indénombrables) phases de tir sont agréables, fluides malgré le nombre de zombies et d’explosions à l’écran. Pour les plus soucieux, il ne sera pas nécessaire d’avoir une RTX 2080, 32 Go de RAM et un processeur dernière génération pour que tout ce « beau » monde s’agite sans saccader. On salue encore une fois les performances du Swarm Engine qui, à n’en pas douter, saura magnifier de nombreux autres jeux à l’avenir.

Oui, il y a du monde à l’écran, beaucoup de monde ! Et vous n’aurez pas fini de vous dire « WTF ?! » ou chanter It’s raining men au cours de vos balades. Pour preuve, sur internet, des vidéos montrent les réactions de streamers à la vue des hordes de mort-vivants lors de lives. On se surprendra parfois à ne plus savoir sur qui tirer. Saber a parfaitement réussi à retranscrire en jeux les hordes de zombies qui pullulent sur cette Terre au bord du gouffre, en donnant l’impression qu’aucun endroit n’est sûr.

 

 

Avec un temps pareil, on va avoir droit à un joli arc-en-ciel.

 

La plupart du temps et avant l’arrivée des hordes, vous aurez l’opportunité de vous préparer. Des caisses de munitions pour se réapprovisionner, des tourelles automatiques ou manuelles, des mortiers, trousses de soins, grenades … ainsi que des armes spéciales dispersées dans le niveau comme des lance-grenades, tronçonneuses ou fusils de sniper. Mais attention, celles-ci doivent être utilisées seulement en cas d’urgence puisque leurs munitions sont limitées et ne peuvent pas être rechargées comme votre attirail standard.

Ouvrez l’œil car beaucoup d’objets très utiles sont cachés ici et là, surtout les fameuses charges explosives qui pourraient vous permettre d’accéder à des salles renfermant de précieux loots.

 

 

Un lance-grenade et un mortier pour faire face au premier jour des soldes, qui dit mieux ?

Si le jeu mise essentiellement sur ses campagnes coop, il est important de noter que World War Z propose un multi-joueurs en PvPvZ (players vs players vs zombies) avec des modes des plus basiques mais dont les parties seront ponctuées par l’arrivée d’hordes. Sans aucun doute, il a le mérite d’exister, les fondations sont là, mais il aura besoin d’être développé pour être vraiment intéressant.

Saber Interactive gagnerait en revanche à se concentrer sur ce qui fonctionne très bien, à savoir son mode campagne, en proposant de nouveaux chapitres ou un mode survie. On pourrait imaginer des zones à défendre, à l’instar de certaines scènes existantes, contre des vagues infinies avec l’ajout de fonctionnalités et autres éléments de gameplay spécifiques au mode. Les idées et sources d’inspiration ne manquent pas, mais une fois misent à la sauce World War Z, le jeu pourrait très bien s’imposer en tant que référence du genre.

A noter qu’une équipe incomplète sera comblée par une ou plusieurs IA. Ces dernières ressembleront à de vulgaires tourelles plus ou moins mobiles incapables de se soigner ou de modifier son équipement de départ, préférez donc des alliés humains.

 

  • Pour finir

 

En conclusion, World War Z est un bon défouloir. Armé de certains charmes qui lui sont propres, il n’a rien à envier à ses concurrents bien que beaucoup d’aspects feront penser à d’autres licences. Reste à savoir si le studio tiendra la barre dans la durée et cela semble bien parti. En effet, l’annonce du million de ventes dès la première semaine était accompagnée du roadmap des trois prochains mois et ça met déjà l’eau à la bouche !

 

 

 


On a aimé :

  • Caa pète, ça vole, ça grimpe, ça grouille…
  • Beaucoup de choses à débloquer
  • L’ambiance lorsque les hordes arrivent
  • Le challenge, surtout à difficulté élevée

On a moins aimé :

  • Un mode PvPvZ pas assez travaillé et manquant d’équilibrage
  • L’IA des alliés aux fraises
  • Le manque de contenu, mais visiblement ce sera corrigé au fil du temps

 


NOTE FINALE


80 / 100


 

Laisser un commentaire