Frogwares dénonce l’éditeur Nacon, qui n’aurait pas payé les royalties sur The Sinking City

Un début de bataille médiatique vient d’émerger sur les réseaux sociaux, opposant l’éditeur français Nacon (anciennement Big Ben Interactive) à Frogwares, développeur du très bon The Sinking City. Et justement, c’est ce jeu qui pose problème puisque l’éditeur n’aurait pas payé au studio ses royalties, pour un montant minimum de 1 millions de dollars. Cela fait suite au retrait soudain du jeu de toutes les plate-formes, et de nombreuses interrogations autour de cette décision.

C’est via une lettre ouverte que Frogwares a dénoncé son partenaire, expliquant l’origine du contrat : en 2017, si Nacon se chargeait de distribuer The Sinking City en tant qu’éditeur, les droits de la licence revenaient bien à Frogwares, qui aurait donc touché des royalties en plus de choisir de poursuivre l’univers lovecraftien. Mais il semblerait que alors que le jeu était en développement, Nacon aurait couvert les frais contractuels avec quarante jours de retard, et aurait même stoppé les paiements lorsque que le studio polonais a refusé de divulguer le code source de son jeu.

Une bataille légale dont nous n’apprenons que tout juste l’existence a démarré en août 2019, suite à quoi Nacon a repris les paiements. Mais les documents attachés seraient incomplets, Frogwares expliquant ainsi ne pas être capable de connaître les ventes précises, et donc les royalties qui en découlent. Par ailleurs, le jeu Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter est aussi distribué par Nacon pour encore neuf mois, et il semblerait que des irrégularités aient été constatées sur les quatre dernières années de distribution.

Au total, le PDG Wael Amr poursuit l’éditeur pour des dommages et intérêts de 4,5 millions de dollars. Car au-delà de l’absence de paiements, Nacon aurait également minimisé le rôle de son partenaire avec les actions suivantes :

 

  • En enlevant le logo de Frogwares des boîtes de jeu et en le désignant comme un “partenaire technique”
  • En achetant les noms de domaines liés à The Sinking City et Sherlock Holmes sans prévenir le studio
  • En créant un RPG papier sur The Sinking City sans en avertir Frogwares, qui détient pourtant les droits
  • Lors de l’IPO de Nacon, The Sinking City a été listé comme une propriété de l’éditeur, ce qui encore une fois, contreviendrait au contrat original

 

Le 20 avril dernier, Frogwares aurait donc essayé de rompre son contrat avec Nacon, mais l’éditeur aurait refusé en indiquant les décrets français relatifs au Covid-19, projetant les entreprises. Le studio polonais a interprété cela comme un cas de “force majeure” et un juge a supervisé la termination du contrat en juillet dernier. On en déduit donc que la relation de travail entre les deux parties est officiellement terminée.

Frogwares a justifié sa lettre ouverte par la faute professionnelle de Nacon, et regrette de devoir laver son linge sale en public. Pour rappel, en septembre 2019, c’est les jeux Sherlock Holmes alors édités par Focus Home Interactive qui avaient causé une embrouille similaire, quoique de moins grande ampleur. Nous avons contacté Nacon pour avoir de plus amples informations de leur côté, et vous tiendrons bien entendu au courant de la situation.

 

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire