Compilation des informations sur Total War Saga : Troy, ça rend plutôt pas mal

Annoncé il y a quelques jours, Troy est la nouvelle mouture de Total War Saga, et nous proposera d’explorer une période de l’Histoire célèbre pour son siège, mais globalement méconnue.

Premièrement, même si l’Iliade, l’Odyssée et probablement d’autres textes épico-historiques ont servi de base à l’intrigue, Creative Assembly semble s’orienter vers un aspect assez réaliste. Ainsi, les dieux seront présents sous une certaine forme non détaillée, mais en tant que fonctionnalité : on peut imaginer un système similaire aux Rites de Total War : Warhammer 2, qui offriront des bonus à la faction qui les réalise. Certains historiens, à titre d’exemple, ont avancé que le fameux cheval de Troie pourrait être une allégorie d’un tremblement de terre, ayant exposé les défenses de la cité et offert une porte d’entrée à l’envahisseur ; il serait donc possible d’avoir ce genre d’effets en jeu, surtout que le mont Olympe, demeure des dieux, est visible sur la map de campagne.

L’aspect mythique sera aussi présent sous un point de vue réaliste : comme rapidement vu dans le trailer, le minotaure sera ici incarné par un guerrier particulièrement musclé, afin de représenter la terrible bête de Minos sur le champ de bataille. Bien entendu, il sera plus puissant qu’un guerrier lambda, et causera probablement la peur, mais il est intéressant de voir comment les mythes de la Grèce antique se retranscrivent sur les champs de bataille historique.

 

 

Avant les inévitables DLC, huit factions seront présentes au lancement du jeu, et l’univers sera bien sûr sandbox. Si le “boss final” reste bien entendu le siège de Troie, il vous sera possible, dès le début du jeu, d’établir des alliances mais aussi de déclarer des guerres qui n’ont historiquement pas eu lieu, mais offriront un cadre général intéressant. Les Troyens auront aussi l’opportunité de quitter les murs de leur cité pour prendre l’initiative, et terminer le conflit en poussant Ménélas dans ses retranchements et en prenant Sparte. La diplomatie jouera aussi un rôle très important, et à l’image de Three Kingdoms, vous aurez la possibilité de former de complexes confédérations parmi les royaumes grecs.

Et puisqu’on parle du dernier jeu de Creative Assembly, les duels seront de retour ! En effet, Troy : A Total War Saga est l’excuse parfaite pour nous faire jouer Ajax, Ulysse, Achilles et autres Hector au sein d’un conflit mythique. Ces héros pourront ainsi se défier mutuellement en plein milieu du champs de bataille, offrant ainsi des combats épiques.

Stratégiquement parlant, cet opus offrira des opportunités intéressantes ! Dans le cadre de la fidélité à l’Histoire, la cavalerie sera peu présente en jeu, bien que certains royaumes aient intégré des chariots dans leurs armées. Pour contrebalancer ça, plus d’attention sera donnée aux unités d’infanterie (ce qui manquait cruellement à Three Kingdoms), notamment via de nouvelles options de flanking, mais aussi des environnements uniques.

Il convient, pour finir, de parler un peu de la map de campagne ! Basé sur le moteur de la trilogie Warhammer, ce jeu entend dépeindre la beauté artistique de la Grèce antique, entre réalisme et tradition. Le ciel est ainsi d’un design qui n’est pas sans rappeler les vases de l’époque, offrant un contraste intéressant avec les paysages plus classiques. C’est surtout un gros pas en avant comparé aux territoires fades proposés par Thrones of Britannia, et les couleurs vibrantes y sont ici pour quelque chose. On espère avoir sous peu des visuels des villes qui, au des circonstances, devraient offrir des challenges et des styles architecturaux très intéressants.

Total War Saga : Troy est prévu pour courant 2020.

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire