Bethesda semble rembourser Fallout 76 à certains joueurs, mais pas tous

Depuis sa sortie, Fallout 76 est émaillé de nombreuses critiques : serveurs instables, bugs gênants… la hype autour du jeu est morte plus rapidement qu’une colonie de Preston Garvey, est les joueurs sont en colère. Tellement en colère que certains ont carrément demandé le remboursement du jeu, chose que Bethesda n’est pas obligé de faire, de par les conditions d’utilisation de ZeniMax, sa maison-mère.

Mais certaines personnes ont reporté sur Reddit avoir eu droit à des remboursements, comme dans ce post, ou celui-ci ; en revanche, d’autres joueurs n’ont pas eu cette chance, comme expliqué dans des posts ici et. Dans quel cas peut-on espérer un remboursement ? Eh bien, personne n’en sait rien, et encore une fois, rien n’oblige l’éditeur à se plier à cette contrainte ; cela étant dit, des pays comme l’Australie bénéficient d’une réglementation plus stricte vis-à-vis des produits défectueux achetés en ligne, et cela vaut pour les jeux dématérialisés. Est-ce que la loi fera pencher la balance ?

C’est ce que pense Migliaccio & Rathod LLP, un cabinet d’avocat qui a annoncé “enquêter sur Bethesda Game Studios pour avoir sorti un jeu hautement buggé, Fallout 76, et refusé de rembourser des joueurs PC qui n’ont pas pu profiter du jeu à cause de tous ces problèmes techniques”. La firme va plus loin sur son blog, citant notamment le “patch de 56 Go” au lancement qui n’a fait qu’apporter d’autres problèmes. Juridiquement parlant, Migliaccio & Rathod LLP s’attaque à un problème compliqué : en tant que logiciel, Fallout 76 n’est pas vendu aux utilisateurs, mais licencié via une clé de jeu ; l’éditeur est donc libre de faire plus ou moins ce qu’il veut, dans la limite du raisonnable.

C’est justement ce raisonnable qui pourra être débattu si le cabinet d’avocat intente un recours collectif ; Fallout 76 se présentait comme un jeu vidéo, dont on imagine que la définition pourrait correspondre à un logiciel relativement stable. Les nombreux bugs rencontrés par les joueurs, surtout après la phase de B.E.T.A, vont dans le sens inverse de ce qui a été communiqué d’un point de vue marketing. Cela rappelle un peu la polémique des loot boxes, lesquelles pourraient être soumises à une juridiction spécifique au vu des problèmes rencontrés.

Wait and see, comme on dit dans le jargon.

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire