[TEST] Sniper Elite 4, quand le headshot s’allie à la stratégie

Post thumbnail

Quatrième opus de la célèbre licence de Rebellion Developpements, Sniper Elite 4 est un jeu d’infiltration et de tir à longue portée, comme le souligne son nom. On se retrouve en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale, période de développement d’armes toujours plus destructrices. On y incarne cette fois Karl Fairburne, un sniper américain envoyé contrecarrer les plans des nazis dans l’Italie occupée. Entre le meurtre d’importants officiels nazis, la récupération de plans et autres documents confidentiels, ainsi que l’aide à la résistance locale, vous ne serez jamais à court de missions. Mais pas de munitions.

 

  • Un jeu solo… seulement ?

Et bien détrompez-vous, Sniper Elite 4 dispose d’une campagne solo des plus riches mais aussi d’un mode coopération et multijoueur. Il est donc possible de jouer en coop, que ce soit pour faire l’histoire avec un partenaire, de la survie avec trois partenaires max, ou des missions de sniper et d’observation.
Le multijoueur n’est pas en reste avec ces différents modes proposés :

  • Match à mort par équipe
  • Match à mort chacun pour sa peau
  • Roi de la distance par équipe : le but est de tuer un adversaire de la plus longue distance possible, l’équipe gagnante est celle qui cumule la plus longue distance à la fin de la partie.
  • Roi de la distance chacun pour sa peau
  • Pas de traversée :les zones de chaque équipe sont séparées par une zone infranchissable.
  • Contrôle : les équipes s’affrontent pour contrôler chaque radio jusqu’à ce qu’elle soit capturée.

 

 

 

  • Durée de vie et rejouabilité

Une  mission de la campagne, selon l’approche que vous adopterez ou le nombre d’objectifs optionnels que vous souhaitez remplir, peut facilement durer une heure. Et des objectifs optionnels, il y en a ! Sans compter les différents objets à récupérer dans la mission si vous voulez la finir à 100%, ce qui garantit des heures de jeu pleines et variées, pas seulement passées à tuer du nazi – même si, objectivement, ça reste l’essentiel du fun.

 

 

La rejouabilité est donc augmentée, et les différents niveaux de difficulté apportent un challenge supplémentaire et bienvenu. Second point  qui séduira beaucoup d’entre-vous : le multi, dont la présence devrait vous tenir accroché plusieurs heures supplémentaires afin de perfectionner votre headshot à longue portée. Attention tout de même, c’est réciproque.

 

 

  • La discrétion et le repérage avant tout

S’il y a une chose qui vous frappera dès le début, c’est bien celle ci : oubliez l’approche “je tire dans le tas et je vois ensuite”, très chère aux adeptes de Call of Duty, entres autres. Vos chances de survie une fois votre couverture grillée sont assez faibles, car quasiment tous les soldats nazis de la mission vont se ruer sur votre position. Il va falloir la jouer fine !

Repérer les lieux à l’avance grâce à vos jumelles vous permettra de mettre un marqueur sur beaucoup d’éléments, que ce soit les soldats nazis qui garderont le marquage quand ils se déplaceront, les véhicules avec leur état, ainsi que les bidons d’explosifs et autres mécanismes en tout genre. Vous pouvez d’ailleurs interagir avec plusieurs de ces éléments pour vous dissimuler, camoufler le bruit de vos tirs, ou les piéger selon votre volonté et votre stratégie . Il faudra parfois nettoyer toute une zone un peu éloignée de votre but car celle ci deviendra un excellent point de tir à longue portée en minimisant le risque d’être repéré ou encerclé. En résumé, l’aspect stratégique de ce FPS n’est pas seulement important, il est vital. Et honnêtement, plutôt bien intégré au jeu.

Les maps de mission sont assez grandes ce qui permet de varier les approches, bien que certains points soient indispensables comme les points surélevés qui permettent une excellente vue globale de la zone proche, ce qui permet de préparer son offensive, et également de commencer à nettoyer la zone. Tous les points surélevés sont de très bons nids de tir mais attention à ne pas se faire coincer, il faudra aussi avoir ” des itinéraires de sortie ” afin de pouvoir s’enfuir sans y laisser sa peau.

 

La carte de la troisième mission. La flèche jaune indique l’endroit où nous débutons la mission. Le point étoilé est l’objectif principal de celle ci. 

D’abord repérer les alentours. ( ci dessus )

Toujours se camoufler et un mécanisme à vos côtés. ( ci dessus ) 

Des bruits dans l’environnement peuvent camoufler le bruit de vos tirs, profitez en. ( ci dessus )

  • L’arsenal

 

Vous avez accès à un sacré panel d’armement pour venir à bout de vos missions. Entre la TNT et les mines, vous pouvez aussi alterner entre les munitions normales et silencieuses pour votre fusil et votre pistolet. Indispensable pour garder sa furtivité, mais ces munitions sont limitées, et tous les soldats n’en ont pas sur eux. Il y a aussi le traditionnel caillou pour faire croire au soldat qu’il y a quelqu’un et ainsi réussir à le tuer par derrière et au corps à corps. La subtilité n’est pas toujours de mise.

Vous pouvez acheter des armes différentes dans le menu “Equipement de joueur” au niveau de l’écran d’accueil. Un très bon point, changer d’arme ne change que votre façon de jouer mais ne vous rends pas surpuissant. Elles sont toutes au même prix et seul votre gameplay en sera changé. C’est valable pour les trois types d’armes principaux: fusil, arme secondaire, pistolet.

 

 

 

  • Gameplay réaliste ? 

 

Le réalisme a été poussé dans le jeu, et ça augmente vraiment l’immersion. Quand vous serez encerclé par des ennemis qui vous tirent dessus, n’essayez pas de vous la jouer Rambo en étant debout et statique. Ça se soldera par un Game Over, ce qui est rarement bon signe.
Mais ça ne s’arrête pas seulement à la résistance aux balles, loin de là. Pour reprendre l’exemple de l’agression des ennemis, vous serez stressé, votre rythme cardiaque va augmenter et vous serez bien moins apte à retenir votre souffle pour stabiliser votre tir au fusil. Le sprint est également à utiliser avec mesure vu que l’effet sera le même sur votre rythme cardiaque. L’augmentation du rythme cardiaque peut aussi venir d’un temps de stabilisation trop long au niveau d’un tir. La seule solution pour ça : attendre que vous redeveniez calme. Et dans certaines situations, c’est chaud !
Il peut être frustrant de sous estimer la hauteur des sauts (coucou Skyrim !), car c’est plus d’un quart de vie qui s’envole si vous sautez d’un peu trop haut.

L’IA est assez bien réalisée, ce qui est tout de même notable. Exemple : quand il y a un tir les soldats vont directement se mettre à couvert dans la direction d’où ils ont entendu le tir, d’où le but de piéger différents éléments de la carte. Et ils ne reprennent leur calme qu’après avoir patrouillé dans la zone, ce qui vous obligera à bien réfléchir avant de tirer votre première balle.

 

 

  • Petites lacunes

Niveau gameplay, le fait de ne pas pouvoir sauter est assez dérangeant. Vous pouvez enjamber des murets, escalader des murs en s’accrochant aux poutres, mais sauter sur une petite hauteur : impossible.

Un autre souci, plus important : Sniper Elite 4 bug lors d’un “alt-tab “, vous aurez à votre retour sur le jeu une mauvaise surprise : le jeu vous renverra sur le bureau direct. J’ai réussi à passer outre quelques fois. Pour un jeu avec un mode multijoueur, je trouve que ce bug nuit vraiment à l’expérience de jeu. Il sera, je l’espère, “fixé” prochainement.

L’ergonomie parfois un peu foireuse pour la touche “s’accroupir” est aussi un problème : quand vous voulez vous relever, le jeu vous fait vous allonger par terre, et honnêtement, ça peut être usant à la longue…

 

 

On a aimé :

  • La beauté du jeu
  • L’immersion offerte par les missions
  • L’arsenal
  • La caméra de frag
  • Les possibilités offertes par l’environnement
  • Les missions complètes et intéressantes…

 

On a moins aimé :

  • … bien que longues pour une petite session
  • L’ergonomie en certains points un peu mauvaise
  • Les quelques défauts qui gênent un peu le gameplay

 

 

NOTE FINALE

80/100

 

Laisser un commentaire