[TEST] La Norsca vient piller vos écrans !

Post thumbnail

Ah la Norsca, un vrai pays de rêve… des créatures mutantes, des monstres géants mais aussi un peuple fort, froid et mortel;  un peu comme le climat d’ailleurs ! Prenez vos armes ainsi que vos capes en peau de loup, sautez dans vos drakkars et allons chasser et piller !

Le DLC Norsca est le dernier arrivé sur Total War : Warhammer, et permet de contrôler cette faction éponyme pour aller ravager les Terres du Sud. Nous pouvons donc commencer par Wulfrik le Voyageur ou Throgg le Roi-Troll, chacun ayant des capacités spécifiques. Vous serez confronté au climat aride des contrées norses – en effet, les terres au Nord du Vieux Monde sont perpétuellement sous la neige et le blizzard ; apparaît donc une nouvelle capacité sur certains monstres comme les trolls des glaces ou le wyrm de givre : engelure, permettant de ralentir les unités engagées au corps à corps. C’est avec cela que vous revient la mission de conquérir et détruire, alors en avant !

 

 

  • Un gameplay plus exigeant :

En jouant la Norsca, vous avez deux missions principales à court terme : unifier cette dernière et vous maintenir à flots financièrement. La Norsca est une faction avec un arbre de construction économique limité (beaucoup plus que les Nains ou l’Empire mais beaucoup moins que le Chaos). Si vous voulez donc conquérir rapidement votre province vous n’aurez d’autre choix que de lever plusieurs armées au détriment de votre économie. C’est alors qu’il faudra vous reposer sur l’aspect économique principal de la faction qui est le pillage, qui vous demandera donc toujours garder vos armées en mouvement afin de multiplier raids et pillages pour engranger des pièces d’or. C’est là un gameplay de longue haleine que nous offre la Norsca, nous poussant toujours plus loin vers le Sud pour voler des richesses et pour profiter d’une autre spécificité de la faction. En effet, plusieurs recherches vous donneront des bonus contre différentes factions et vous donneront accès à des ressources uniques si vous colonisez leur capitale, avec la possibilité de la transformer en véritable bastion norse contrairement aux autres villes qui ne seront que des avant-postes.

 

  • De nouvelles unités rafraîchissantes :

La Norsca a aussi et surtout son lot d’unités propres : on y retrouve les maraudeurs de base (que le Chaos peut aussi recruter) mais aussi des maraudeurs plus avancés et notamment des lanceurs de javelots qui seront indispensables. La faction n’a pas accès aux machines de guerres, les remplaçant alors par des bêtes de guerre et autres monstres comme les trolls, les chiens de guerre norses ou encore des mammouths. La Norsca est une faction qui a une force de frappe immense en bataille et qu’il faut savoir anticiper pour mieux la contrer. Cependant, les unités norses n’excellent pas en défense. Il vous faudra en effet vous reposer sur une approche plus frontale et sur des charges malgré votre absence de cavalerie de choc, la meilleure stratégie étant alors de vous reposer sur vos bêtes de guerres et vos monstres pour enfoncer les lignes ennemies. On retrouve également un nouveau seigneur pour diriger nos armées : le chef de tribu Maraudeur, ainsi que trois nouveaux héros : le loup-garou écorcheur, le sorcier chaman (domaine du feu, du métal ou de la mort) et le démoniste Fimir (domaine du feu ou de l’ombre).

 

  • Trois nouvelles mécaniques :

Le DLC apporte également trois nouvelles mécaniques spécifiques à la Norsca et personnalisant l’expérience de jeu et contribuant à donner à cette faction une identité propre :

  • L’allégeance divine :

Lorsque les norses prennent une colonie ils ont une possibilité inédite, pouvoir raser la colonie en question et ériger un monument à un des quatre Dieux du chaos évoqués sous les noms que leur donnent les tribus du Nord : le Chien, le Corbeau, l’Aigle et le Serpent. Quand vous prêtez allégeance à un des quatre Dieux vous attirez ses faveurs (sous forme de bonus à l’importance exponentielle par rapport au nombre de monuments dressés) mais vous subirez également le courroux des autres Dieux du Chaos donnant alors lieu à des batailles sanglantes et épiques dans une suite de quêtes.

  • La chasse aux monstres :

Une fois la recherche de “l’Arcane Monstrueux” effectuée vous aurez accès à des quêtes de chasse, c’est dans cet ancien ouvrage que sont répertoriés les plus puissants monstres parcourant le vieux monde. C’est alors que vous pourrez décider de traquer ces monstres pour essayer de les tuer en l’honneur de vos dieux. La chasse aux monstres n’est pas une partie de plaisir, soyez donc bien préparé, mais le jeu en vaut la chandelle : les récompenses vous donneront des avantages non négligeables comme des artefacts emplis de pouvoir ou même la possibilité de dompter ces monstres et de les ajouter à votre armée.

  • La domination par la force :

Conformément aux habitudes et traditions norses de Warhammer si un chef perd une bataille il est déshonoré et n’est plus digne de diriger, fragilisant par la même occasion son clan pour un temps. C’est donc dans ce cadre que vous pourrez profiter d’un bonus de domination : en effet, si vous parvenez a vaincre un chef de faction ennemi lors d’une bataille, vous pourrez alors forcer la faction adverse a accepter une confédération dans l’onglet diplomatie, vous facilitant ainsi le travail d’unification de la Norsca.

 

  • Qu’est-ce qu’on en pense au final :

Norsca est (pour moi) le meilleur DLC du jeu jusqu’à maintenant, mettant en lumière une faction sous exploitée dans l’univers Warhammer. Le gameplay et les unités apportées permettent de jouer d’une nouvelle façon à un jeu dont le gameplay était déjà bien implanté, renouvelant ainsi le plaisir d’y jouer pour les joueurs de la première heure. Malgré quelques défauts, on ne peut nier que le DLC vaux largement son prix : 9.99€ sur Steam (offert pour la précommande de Total War : Warhammer 2).

 

On a aimé :

 

  • La nouvelle façon de jouer
  • Le respect du lore de Warhammer
  • Les bêtes de guerre et la chasse aux monstres

 

On a moins aimé :

 

  • L’absence de batailles navales pour un DLC clairement orienté sur la navigation
  • L’absence totale de cavalerie de choc
  • L’obligation de jurer allégeance à l’Aigle sous peine d’être privé du troisième seigneur légendaire

NOTE FINALE


80/100


 


 

 

 

 

Écrit par : Vraccas
Publié le : 12 août 2017

Laisser un commentaire