[TEST] Detroit : Become Human, le racisme au-delà de l’Humanité

Detroit : Become Human, exclusivité PS4 sortie le 25 mai 2018 et conçue par David Cage, prouve une fois de plus la qualité de Quantic Dream à la conception et de Mr.Cage à la réalisation.

Le jeu se déroule en 2038, une époque où les Androids commencent à faire partie intégrante de la vie humaine, après avoir été créés pour faciliter les tâches. Que ce soit chez soi, dans les transports en commun ou encore dans votre travail, ces robots super développés inventés par les équipes de Cyberlife sont là à coup sûr pour vous rendre la vie plus facile et aider son propriétaire. Malheureusement et comme on pouvait si attendre, cela ne se passe pas toujours comme prévu et les robots, d’ordinaire si obéissants, deviennent ce que l’on peut appeler des “Déviants”.

 

  • Les personnages

 

Les trois personnages mis à notre disposition par le jeu sont trois Androids du nom de Connor, Marcus et Kara. Dès les premières heures de jeu, nous découvrirons vite que ces trois protagonistes, similaires en apparence mais totalement différents dans leurs façons de voir les choses, ont des buts plus ou moins éloigné les uns des autres. Leurs choix et leurs actions les amèneront à se rencontrer ou au contraire à ne jamais se croiser de leur vie. Malgré tout, nos chers Androids se verront toujours bien accompagnés ; Luther, Hank, North ou encore Alice, tous ces personnages secondaires sauront vous toucher et vos choix se feront en fonction de ces personnages là. Les choix qui vous seront demandés auront toujours un double sens, ils pourront par exemple faire avancer votre histoire avec North mais perdre votre amitié avec Josh. En bref, toute action, même la plus minime, aura une emprise sur l’un des personnages aussi important soit-il. Alors juste un conseil, écoutez bien vos équipiers ! Pour finir ce premier point, voici les personnages morts lors de cette session de jeu : Luther, North, Connor (1 fois), l’Android de la prise d’otage, les deux Traci et Todd.

 

 

  • L’Histoire avec un grand H

 

En effet, si vous n’avez pas joué au jeu, vous ne connaissez sûrement pas le synopsis de ce dernier. Toute l’histoire est basée soit sur des événements actuels (création des premiers robots, réchauffement climatique, animaux en voie de disparition …) soit des événements qui pourraient avoir lieux et que l’on craint (3ème guerre mondiale, Androids se retournant contre les humains …). Le jeu sert aussi à dénoncer le racisme qui a malheureusement lieu trop souvent encore aujourd’hui. Dès lors, vous commencerez votre aventure avec Connor (mon personnage principal préféré, personnellement) et vous aurez déjà à faire face à votre premier déviant, ce dernier prenant une petite fille en otage. C’est dès cet instant que l’on comprend les enjeux ; ne pas faire de fausses notes ou vous en payerez les conséquences, comme par exemple la mort de votre personnage. Hormis lors de cette mission, toute mort de l’un des trois protagonistes sera définitive.

 

 

En ce qui concerne l’histoire de Connor, cet Android a été créé par les équipes de Cyberlife pour aider la police et résoudre les enquêtes les plus coriaces. Votre but, en tant que Connor, sera d’aider votre partenaire Hank dans sa chasse aux déviants. Plus vous passerez de temps ensemble, plus votre relation s’améliorera ou se dégradera, une fois de plus, tout dépendra de vos choix. En fonction ces derniers, vous aurez le choix vers la fin du jeu, rester un Android et suivre votre but ou devenir un déviant (le moment venue, je vous conseille déviant, c’est sympa et personnellement je ne l’ai pas du tout regretté, bien au contraire).

 

 

L’histoire de Kara commence alors que votre propriétaire, Todd est dans une boutique Cyberlife après vous avoir amené pour des réparations. On découvre très vite le quotidien de cet Android, votre propriétaire vous maltraiteras vous et sa fille Alice. Dès la deuxième mission de Kara vous vous enfuirez de chez Todd avec Alice pour mener une nouvelle vie. Cependant plusieurs obstacles vous barreront la route, comme le fait que vous soyez une Android ou encore que Hank et Connor tentes de vous arrêter. Une fois échappez à l’équipe menée par Hank vous vous rendrez chez Zlatko et y rencontrerez Luther, toujours en fonction de vos choix votre séjour chez votre hôte se passera plus ou moins bien et Luther pourra avoir envie de vous rejoindre, cependant vous déciderez de s’il vous accompagnera ou non. Après cela, vous voyagerez d’un endroit à un autre en rencontrant plusieurs personnages que vous aimerez plus ou moins, à l’instar de Rose et Adam. Toutefois, votre objectif sera toujours le même, passer la frontière jusqu’au Canada et offrir une vraie vie à Alice.

 

 

En ce qui concerne Markus, vous débuterez en tant qu’Android de Carl, un vieil homme en fauteuil qui vous considère comme son fils. Cependant, ce quotidien paisible se transformera assez vite en enfer lors de la venue de Léo, le vrai fils de Carl. Après une altercation musclée entre Markus et Léo notre personnage se fera attraper par la police et jeter dans une fosse à Android. C’est à partir de cette mission que Markus contractera une “haine” envers les humains et deviendra un déviant. Écoutant les conseils d’un Android rencontré dans la fosse, Markus part à la recherche de Jericho, le seul endroit où les Androids peuvent vivres en liberté. C’est là-bas qu’il rencontre North, Josh et Simon, les trois têtes pensantes de Jericho. Au fur et à mesure de vos choix et de vos actions, vous vous rapprocherez de Josh ou de North, les deux sont mêmes possibles si les choix sont bien maniés. Lors des missions de Markus, vous aurez le choix entre entamer une révolution pour votre peuple ou bien avoir une approche pacifiquement avec les humains tout en demandant la liberté des Androids. Votre but est simple, faire en sorte qu’humains et Androids puissent coexister.

 

 

  • Les personnages secondaires

 

Une des grandes forces de ce titre est bien évidemment ses personnages, tant principaux que secondaires. Après avoir parlé de nos protagonistes, attardons-nous un petit peu sur les personnes qui les accompagnaient. Chaque héros a son “petit groupe” qui l’entoure que ce soit Alice et Luther pour Kara, Hank pour Connor et Josh, North et Simon pour Markus. À ces personnes-là peuvent être ajoutés d’autres personnages qui nous prouvent que le jeu a été travaillé dans les moindres détails puisque des personnes comme Rose, Adam, Todd, Carl ou encore Amanda, tous ces personnages-là font partie intégrante du jeu pour nous faire douter; est-il gentil ou méchant ? est-ce que je dois faire ce qu’elle me dit ? pourquoi en veut-il aux Androids ? devrais-je rester ici ou essayer de partir ? Le jeu est une compile de question auxquelles nous n’avons les réponses qu’une fois l’histoire finie.

 

 

  • Une ambiance pesante

 

Même si le jeu est très joli, l’ambiance n’est pas forcément des plus gaies. Effectivement, sachant que tout personnage peut mourir à n’importe quel moment et après n’importe quelle action, il faut être sur ses gardes à chaque session et surtout lors de chaque mission. L’environnement y est aussi pour beaucoup. En effet si vous visitez le manoir de Zlatko ou que vous rentrez dans Jericho pour la première fois vous ne vous sentirez pas aussi à l’aise que dans les rues de Detroit par exemple (même si celles-ci ne sont pas toujours sûres). Vous êtes constamment sur vos gardes pour ne pas vous faire tuer par le premier ennemi venue.

 

 

  • Un environnement futuriste

 

L’environnement, parlons-en. En effet comme nous pouvons l’attendre d’un jeu ce passant dans le futur, la plupart des bâtiments et véhicules ont été remaniés de sorte à ce que l’expérience de jeu soit optimale. Véhicules sans chauffeurs, tram accroché par le toit, bus avec compartiment spécial pour Androids … Tout a été prévu pour l’arrivée des “vraies” nouvelles technologies. Même des abri-bus spéciales Androids ont été créés pour l’occasion, bienvenue dans la nouvelle ségrégation. L’environnement vous donnera aussi quelques objets à chercher ou actions à faire tel que lire les 46 magazines répartis dans les différents chapitres, trouver des objets qui nous aideront pour la suite de notre quête ou encore tomber nez à nez avec une manifestation anti-Androids.

 

 

  • L’arborescence 

 

Un arbre d’objectif est disponible pour vous guider et vous montrer si vous avez oublié des éléments dans l’endroit dans lequel vous venez de passer. Cette caractéristique est aussi utile pour voir le nombre de chemins disponibles pour une seule et même quête. Vous pouvez donc voir là où vous vous êtes trompés ou au contraire là où vous avez réussi à sauver quelqu’un ou fait une bonne action. En somme une fonctionnalité assez sympa qui s’avère utile tout au long du jeu.

 

 

  • Les plus 

 

Contrairement à beaucoup de jeux, Detroit : Become Human permet aux joueurs de recommencer le jeu, et ce plusieurs fois même ! Et même si l’idée de refaire un jeu peut paraître pas forcément ouf, Detroit nous replonge à chaque fois dans une nouvelle histoire tant que l’on ne suis pas les mêmes schémas de jeu que ce déjà testé. Il y a aussi une sorte de “lore” sur le monde de Detroit, à base de 3ème GM ou encore de disparition d’espèces animales, si vous arrivez à trouver tous les magazines, ceux-ci vous dévoileront l’histoire de ce monde pas si parfait que ça. Et pour montrer Quantic Dream ne plaisante pas avec ses jeux, j’aimerais revenir sur un point qui m’a agréablement surpris … l’écran principal ! En effet dit comme ça ce n’est pas la chose la plus folle que les joueurs ont vus, mais il s’agit en réalité d’un écran principal interactif. Chloé, l’Android qui vous accompagne depuis le début de votre jeu sur l’écran vous poseras des questions chaque fois que vous retournerez sur le jeu, elle pourra par exemple vous demander de répondre à un questionnaire ou si vous êtes sûr de ne pas vouloir laisser les choses comme elles sont à un instant T et donc ne pas continuer l’histoire. Vers la fin du jeu, elle viendra même jusqu’à vous demander de la laisser partir de l’écran pour vivre sa propre vie. Et vous aurez toujours le choix entre oui et non.

 

 

  • Et donc ?

 

Detroit : Become Human est un excellent jeu qui prouve que des sujets sérieux peuvent être traités avec justesse dans un média tel que le jeu vidéo. Ce jeu a été une vraie note positive qui restera une référence, tant pour le studio Quantic Dream que pour les  joueurs. Des personnages attachants et des scènes marquantes en fonction de vos choix vous feront encore plus appréciés votre expérience (j’avoue, j’ai failli pleurer quand Hank a pris Connor dans ses bras). Rien n’est laissé au hasard par le studio et on ne se rend pas toujours comptes mais chaque action sera décisive pour la fin que vous souhaitez.

 

On a aimé :

  • Des personnages bien travaillés
  • Un univers intéressant
  • Les relations entre les différents personnages
  • Des choix avec de vraies conséquences
  • La sensibilisation aux sujets traités

On a moins aimé :

  • Caméra pas toujours stable
  • Des obstacles qui ne devraient pas l’être
  • Une exclusivité PlayStation T_T

 


NOTE FINALE


90/100


   

Laisser un commentaire