[TEST] Marvel’s Avengers le blockbuster dont vous êtes le (super) héros !

Le pont est en feu ! Des épaves de véhicules jonchent le sol, entourées de flammes, des trous au milieu de la chaussée empêchent toute progression. Un des véhicules blindés, sans doute responsables de ces destructions, s’est stoppé net au bord d’un d’un trou béant, s’il avançait plus loin il tomberait dans le fleuve, des dizaines de mètres plus bas. C’est alors que l’autre côté, dans un hurlement de rage, une créature monstrueuse prend son élan et s’élance. Atterrissant à quelques mètres du char blindé, ses deux poings frappent le sol et font trembler le pont. Il hurle encore plus fort en s’approchant du char, puis l’entourant de ses deux énormes bras, écrase le véhicule, puis le soulève au dessus de sa tête ! Le terroriste en tentant de s’échapper de la carcasse s’affale sur le sol, la créature semble a peine s’en apercevoir, et s’en débarrasse d’une frappe du coup de pied, qui projette l’homme plusieurs mètres plus loin. Puis la créature jette le char sur un autre blindé provoquant une immense explosion. Des flammes jaillissent et même les câbles qui relient les piliers du pont semblent hurler dans un crissement métallique. Mais rien n’arrête le colosse de jade qui continue sa course folle vers les terroristes effrayés. « HULK SMASH !! «  » hurle t-il tandis que tous fuient.

Ce n’est pas une description d’une des scène du prochain Avengers de Marvel Studios, mais bien de Marvel’s Avengers, le nouveau jeu d’aventure action à la 3ème personne dans l’univers des héros de Marvel. Pendant cette scène, le joueur aura simplement appuyé sur A pour sauter du pont, Y pour s’emparer du char et X pour le lancer au loin, mais tout est si brillamment mêlé avec des scènes pré-enregistrées que pendant quelques secondes il aura eu le sentiment exaltant de contrôler toutes les actions du personnage. Incarner les personnages emblématiques de la maison aux idées, les diriger dans une aventure extraordinaire à la hauteur du grand spectacle des films, c’est la promesse que nous fait ce jeu. Et après plusieurs heures de jeu, on se doit d’admettre que le défi est relevé !

Amateurs d’univers ouvert à la grande liberté, passez votre chemin car vous serez certainement déçu, le jeu prend plutôt le parti pris d’un scénario écrit et d’actions scriptées, dont il quasi impossible de s’éloigner. Mais c’est le pris à payer pour assister/jouer à des scènes comme celles que l’on vient d’essayer de décrire.

 

 

 

  • Un scénario qui ne manque pas de piquant

 

On ne veut pas ici dévoiler trop d’élément de l’histoire, de crainte de vous gâcher le plaisir de la découverte, c’est un des grands points forts du jeu qui vous tient en haleine et vous donne envie d’y revenir pour découvrir plus.

Sachez tout de même que le jeu démarre au moment où une grande cérémonie est organisée dans le QG des Avengers à San Francisco. Cet événement va être interrompu par une attaque militaro-terroriste de grande ampleur sur le Golden Gate Bridge. Les héros, que vous incarnerez les uns après les autres, tenteront de la contrecarrer mais n’arriveront pas à empêcher une terrible catastrophe… A l’issue de cet événement, vous allez réellement démarrer le jeu en incarnant, surprise, un personnage inconnu de ceux qui ne connaissent de Marvel que le MCU (Marvel Cinematic Universe), Kamala Khan.

 

 

Au début du jeu, elle est invitée par les Avengers à cette fameuse cérémonie, puis après la catastrophe, elle devient le seul espoir d’une équipe défaite, divisée et éparpillée. Son but sera alors d’accomplir ce que que représente le fameux cri de guerre de groupe : Avengers Assemble ! et de partir à la recherche de chacun des membres de l’équipe. Cette surprise d’incarner un personnage uniquement connu des lecteurs de comics, s’avère être en fait être un belle idée. Kamala est une jeune geek, fan intégrale du groupe, particulièrement de Captain Marvel, elle est en admiration devant ses membres lorsqu’elle les croise. Tour à tour bavarde, intimidée puis enjouée, effrayée puis courageuse, hésitante puis déterminée, bref au final très attachante et le joueur n’aura aucun mal à s’identifier à ce personnage qui représente son âme d’enfant.Elle ne possède au départ aucun pouvoir et au fur et mesure du jeu elle va se découvrir des facultés extraordinaires, entre Mr Fantastic et Fluffy de One Piece, qu’elle, et donc le joueur, devra apprendre à maîtriser. Elle est portée par la voix d’une excellente actrice (au moins en VO), comme d’ailleurs l’ensemble des personnages. Au fur et a mesure de la progression du personnage, ses rencontres vont ouvrir le jeu vers des missions de plus en plus délicates à accomplir en solo ou en coopération avec un autre personnage contrôlé par l’IA.

 

 

 

  • Un casting ultime

 

En découvrant les bandes annonces et affiches du jeu, on aura découvert le look et des visages des personnages différents des acteurs du MCU. Passé un moment d’étonnement, on comprend que le but est de nous inviter dans un univers semblable mais malgré tout alternatif aux films. Un peu de la même façon que dans les comics feu l’univers Ultimate, cela permet d’éviter toute erreur de continuité entres les films et les jeux et de permettre donc une plus grande liberté et des surprises dans les intrigues. On imagine aisément que ce jeu pourrait devenir ce que fut le premier Avengers dans le MCU : la première phase d’une sorte de MGU (Marvel Gaming Universe) qui accueillerait d’autres jeux reprenant les mêmes principes, le tout dans dans un univers partagé.

 

 

 

 

  • Promenade et bastons dans les environnements

 

Très variés, base secrète, désert, fortes, étendus glacés, coursives de vaisseaux abandonnés, c’est un des grands atouts du jeu car la reconstitution est superbe. Parfois le jeu se transforme en jeu de plateforme et d’énigme et il faudra explorer l’ensemble d’un environnement pour y trouver la façon d’accomplir les objectifs qui vous seront sont donnés régulièrement. La encore on peut se sentir guidés ou contraints mais ce principe qui permet de déclencher des séquences ultra spectaculaires à des moments prédéfinis. Une rencontre surprise avec un des grands ennemis de Hulk deviendra par exemple un des moments épiques du jeu, enchaînements fluides de cinématiques scriptées et de séquences de jeu intenses.

 

 

 

 

  • Le droit d’inventaire

 

De multiples bonus, crédits, sont à découvrir tout au long du jeu, par exemple en explosant certains éléments du décor, qui vous permettront d’améliorer des compétences, s’équiper d’objets technologiques, etc… C’est la partie qui nous aura le moins convaincu. Les menus sont remplis d’icônes aux textes de description un peu abscons, trop petits et trop nombreux. Ces interfaces ont pour principal défaut de vous sortir de l’atmosphère grand spectacle cinématographique. On a du mal à imaginer dans un film Captain America qui, avant de partir attaquer le repaire de Crâne Rouge, ouvrirait un placard dans le Quinjet pour y prendre et s’équiper d’un bracelet doré+2 ou d’une armure à nannites + 6 ?

L’ensemble se justifie d’un point de vue gameplay mais rest relativement mal amené, alors qu’un système plus simple aurait été peut-être un chouïa plus logique, et donc immersif.

 

 

 

 

  • Verdict ?

L’histoire du jeu video est jalonnée des déceptions créée par des jeux utilisant des fortes licences.
On se retrouve ici face à une superproduction où la promesse de nous proposer des grosses scènes d’actions et de combats surpuissants est bien tenue, mais qui pour autant arrive à laisser la place à certains moments d’humanité dans des séquences intermédiaires grâce à un scénario bien pensé, une réalisation cinema, et d’excellents choix d’acteurs. Son partis pris surprenant de nous faire jouer un personnage inconnu, de laisser de côté pour un temps les « big guns » de l’équipe pour nous donner encore plus envie de les retrouver, s’avère être finalement payant et on espère découvrir plus tard le reste ce nouvel univers MGU dont Marvel’s Avengers est dans doute destiné à être la fondation.

 

On a aimé :

  • Les environnements et décors très réussis
  • Les dialogues et voix des personnages
  • Une grande durée de jeu, il nous aura fallu une quinzaine d’heure en mode facile pour à peine 20% d’accompli
  • La mise en scène du jeu, qui nous permet de vivre une histoire ambitieuse, parsemée de scènes d’action à grand spectacle

 

On a moins aimé :

  • L’interface objet et inventaire un peu brouillonne et a notre sens presque inutile
  • Des temps de chargement exagérément long
  • Des mises à jour du jeu trop fréquentes et importantes qui tendrait à prouver que les développeurs ont manqué du temps nécessaire pour la mise au point

 


NOTE FINALE


80 / 100


 

 

 

 

Tannouki

Raton laveur préféré d'Always For Keyboard !

Laisser un commentaire