Le chinois NetEase annonce l’acquisition de Quantic Dream

   

Les consolidations et acquisitions dans l’industrie du jeu vidéo continuent de plus belle, cette fois-ci avec Quantic Dream. Le studio français vient d’être acquis par NetEase, pour un montant qui n’a pas été rendu public.

L’entreprise chinoise, numéro deux du secteur derrière Tencent, est particulièrement connue pour travailler avec Blizzard, notamment certains jeux annulés. Si le groupe reste en général dans les frontières de son pays d’origine, quelques changements ont eu lieu ces dernières années : d’abord avec la création d’un studio étasunien, Jackalope Games, en mai dernier. Déjà en 2019, NetEase avait pris une participation minoritaire dans Quantic Dream, avant le rachat complet intervenu cette semaine.

David Cage, le PDG de Quantic, a indiqué que cette transaction était lié à « la profonde mutation [du marché, ndlr] à travers une vague de rachat« . Il a néanmoins indiqué que le studio garderait son « indépendance éditoriale », et que les employés avaient été consultés tout au long du processus. Ce dernier point est plutôt important, car ces dernières années, Quantic Dream a fait face à de nombreuses accusations d’atmosphère toxique au travail. Cette affaire avait rapidement été balayée par Cage, qui avait toutefois intenté un procès à plusieurs médias pour diffamation.

Aujourd’hui, le studio français bénéficie donc de moyens plus importants pour s’attaque à Star Wars : Eclipse, son nouveau projet d’envergure. Dévoilé lors des Games Awards 2021, ce jeu s’annonce comme une importante aventure narrative dans l’Ancienne République, permettant ainsi d’explorer une période chère aux fans. Mais dans la plus tradition Quantic, on imagine qu’il faudra attendre encore quelques années avant de pouvoir jouer à Eclipse ; espérons que NetEase en facilite la sortie sans en altérer l’essence !

 

Lothan

Rédacteur en chef de ce p'tit site bien sympatoche ! Amateur de jeux stylés, point bonus s'il y a une histoire riche et/ou des blagues de gamin. Dispo sur Twitter : @RealMimil

Laisser un commentaire