La Belgique pourrait classer Battlefront 2 et Overwatch comme “jeux d’argent” à cause des loot boxes

Post thumbnail

Depuis plusieurs semaines, les fameuses “loot boxes“, nouveau cancer des jeux vidéo, sont au cœur d’une vaste polémique. Shadow of War et le prochain Star Wars : Battlefront 2 ont dû faire marche arrière sur le contenu additionnel payant, face aux menaces de plusieurs organismes. Ainsi, PEGI, l’ESRB, Ukie et plusieurs instituations du Royaume-Uni ont retiré leurs pressions face à ces nouveaux éléments in-game… mais pas la Belgique.

La Commission des Jeux de hasard a noté un problème : “le facteur chance“. Concrètement, on achète un produit sans savoir ce qu’il contiendra, ce qui est une forme de pari. Dans le cas d‘Overwatch, les loot boxes contiennent des éléments cosmétiques non-obligatoires, et peuvent être obtenues sans dépenser un seul centime. Mais pour l’institution belge, ce système plus proche des jeux de chance que des jeux vidéo, c’est pourquoi ces jeux de Electronic Arts et Blizzard Entertainment sont sous le coup d’une investigation.

En cas de conclusion positive, cela coûterait aux éditeurs d’importantes sommes d’argent, la classification se faisant désormais sous deux registres distincts, et occasionnera ainsi plus de problèmes administratifs. Mais au-delà de Battlefront 2 et Overwatch, ce problème se pose à tous les éditeurs, qui sont de plus en plus adeptes des micro-transactions. Si EA a fait marche arrière sur le contenu déblocable grâce aux pressions de la communauté, la Commission des Jeux de hasard pourrait néanmoins se pencher sur d’autres jeux, voire-même d’autres systèmes analogues. L’issu de tout cela est encore incertaine, mais il est bien possible que d’autres éditeurs montent au créneau… tout comme des institutions de ce type dans d’autres pays.

 

Écrit par : Lothan
Publié le : 16 novembre 2017

Laisser un commentaire