[EDITO] Battle For Azeroth : Sylvanas déchaînée, la Horde divisée et les Dieux Très Anciens au taquet

Les dernières extensions de World of Warcraft ont vu une escalade impressionnante de la guerre entre l’Alliance et la Horde, mais aussi un évolution de la politique mondiale. En sus de tout cela, les menaces se sont faites de plus en plus précises avec, récemment, la Légion ardente qui a été finalement vaincue.

Battle For Azeroth commence sur les chapeaux de roue car, fidèle à elle-même, la nouvelle cheffe de guerre de la Horde a entamé les hostilités de manière flamboyante. Le barbecue de Teldrassil (et de la majeure partie de ses habitants) a secoué Azeroth et ébranlé aussi bien l’Alliance, qui fait face à une défaite titanesque, que la Horde, dont le classique “force et honneur” se retrouve mis en cause. Mais en plus de déclencher d’importantes conséquences entre les deux factions, l’incendie de Teldrassil pourrait aussi avoir d’autres répercussions.

NOTE : pour plus de clarté subjective en lisant cet édito, il est important d’indiquer que je joue un Draeneï, et suis un inconditionnel de l’Alliance. RIP Varian.

 

  • Sylvanas Coursevent, le héros que nous ne méritons pas

 

Dès sa mort lors de la défense de Quel’Thalas, le personnage de Sylvanas Coursevent s’est imposé comme à la fois badass et stylé pour tous les joueurs de Warcraft III et, par la suite, WoW. Son apparence, son histoire, ses décisions, tout chez elle suscite une certaine admiration.

On aurait pu penser l’histoire de la reine banshee terminée à Wrath of the Lich King, avec la mort de sa némésis Arthas, mais ça n’a été que le début. Sylvanas a frappé très fort quelques semaines plus tard en assiégeant Gilnéas (et tuant le prince héritier) avant de transformer Austrivage en ruine pestilentielle. Ses positions diplomatiques et militaires ont toujours été simples : survivre à n’importe quel prix. Distante à bien des égards des autres chefs de faction de la Horde, elle a été présente sur la plupart des champs de bataille, notamment à la recherche de l’immortalité.

 

 

 

 

Le tournant majeur a été les Îles Brisées : suite à la mort de Vol’Jin, sa nomination en tant que cheffe de guerre de la Horde lui a donné les pleins pouvoirs. L’échec face à Genn Grisetête en Tornheim n’a fait que renforcé sa peur de la mort, sa haine de l’Alliance et, quelque part, sa paranoïa. Il faut comprendre qu’après la défaite de la Légion sur Argus, le monde se retrouve dans une période de paix relative que personne n’attendait vraiment. Les guerres de Norfendre et de Pandarie ont prélevé un lourd tribut chez la Horde comme l’Alliance, qui ont pu se reconstituer durant les événements de Warlords of Draenor ; la fin de la campagne des Îles Brisées aurait donc du être synonyme de paix mondiale, surtout que le roi Anduin est plus adepte des solutions pacifiques.

Mais Sylvanas voit les choses différemment : à son image, les Réprouvés périclitent, tandis que le monde s’épanouit, et sa haine de Grisetête est toujours tenace. Nous avons été surpris, à la BlizzCon 2017, de voir que la reine banshee avait carrément incendié Teldrassil. C’est une capitale de l’Alliance, certes, mais aussi un symbole de paix et de vie pour tout le monde. IRL, de nombreux joueurs de la Horde ont critiqué la décision de Sylvanas, allant même jusqu’à retirer in-game leurs épaulières, en écho à ce qu’à fait Saurcroc. L’Alliance aussi subit de plein fouet cette défaite qui a vu la mort de milliers d’êtres, la perte d’une tête de pont importante en Kalimdor et le sauvetage de justesse de Malfurion.

Et vous savez quoi ? Sylvanas a raison. Après tout, et c’est dans la titre, la série Warcraft n’est pas à propos de paix et de bisou, le thème récurent étant la guerre Horde/Alliance. A moins que Thrall et Anduin ne devienne dirigeants de leurs factions respectives, il est probable que cette guerre ne finisse qu’avec l’anéantissement d’un des deux camps. Garrosh a été loin en oblitérant Theramore, mais la décision était logique : il s’agissait d’un bastion renforcé en Kalimdor, et pas très loin d’Orgrimmar avec ça. Même cas avec Sylvanas dans le nord des Royaumes de l’Est. L’Alliance aurait pu finir par s’allier avec les Worgens, et utiliser Gilnéas comme solide tête de pont avant de récupérer Lordaeron. Il s’en serait suivi une longue campagne jusqu’à Lune d’Argent et, au final, la Horde aurait été boutée hors de ce continent. Bien entendu, la question quant aux moyens utilisés se pose, la peste des Réprouvés n’étant pas approuvée par beaucoup de monde. Mais quoiqu’il en soit, l’escalade de la guerre devait finir par atteindre un point aussi important, et Sylvanas n’a fait que jouer le jeu.

 

 

 

  • Saurcroc et Zappy Boi, un avenir différent

 

Pour notre plus grand plaisir, Blizzard a dévoilé très tôt vendredi matin Le Vétéran, une cinématique en image de synthèse dédiée à Varok Saurcroc. Ces six minutes de discussions synthétisent les Hordes avant et après Sylvanas, que ce soit en jeu comme parmi la communauté de joueurs.

Plutôt âgé pour un Orc, Saurcroc a vécu de nombreuses guerres, y compris celles du Norfendre qui lui a ravi son fils, ce dernier étant mort au Portail du Courroux avant de servir le roi-liche. La folie de Garrosh et l’apocalypse de la Légion ardente ont probablement endurci le haut-seigneur Saurcroc, lequel voit le monde et avec recul et amertume. Après avoir refusé de tuer Malfurion Hurlorage lors des batailles en Sombrivage, il désapprouve fortement l’incendie de Teldrassil. Malgré tout, il obéit à Sylvanas et rejoint Lordaeron, laquelle est assiégée par l’Alliance.

La cinématique Le Vétéran présente un Saurcroc désabusé, qui préfère mourir la hache à la main contre toute l’Alliance plutôt que de servir cette faction qu’il ne reconnaît plus. Heureusement, une houleuse discussion avec un jeune chaman troll nommé Zekhan (mais que tout le monde s’amuse à surnommer Zappy Boi) le ramène à la raison. Zappy Boi incarne une Horde jeune et fougueuse, d’une génération qui n’a pas connu les horreurs des guerres précédentes mais souhaite défoncer l’Alliance. Si Saurcroc retrouve, en voyant la bannière écarlate, la volonté de défendre les siens, il ne fait aucun doute qu’une brisure importante est présente, et ne risque pas de se résorber de si tôt.

 

 

 

 

Mais alors, comment va finir la Horde ? La réponse a cette question est conditionnée par un seul élément : la survie ou non de Sylvanas. Même si les sources divergent, il est admis qu’il ne reste que quatre faibles val’kyrs à la Dame Noire, soit l’équivalent d’une résurrection. Certes, ça ne lui laisse plus qu’une seule vie de côté, mais la conséquence serait pire : sans val’kyr, les Réprouvés ne peuvent se renouveler, et ils finiront logiquement par s’éteindre. Il faut également envisagé une théorie que beaucoup de fans craignent, celle de la Garrosh 2.0 ; s’il est avéré que Sylvanas perd les pédales, elle pourrait finir en boss de raid, et donc être démise de ses fonctions. Bien entendu, il est aussi possible qu’elle subisse une influence tierce, comme celle des Dieux Très Anciens, mais encore une fois, elle finira en sac à loot et c’est tout.

En admettant que Sylvanas disparaisse à Battle For Azeroth, il faut aussi prendre en compte le fait que Blizzard a confirmé que Thrall et l’esprit de Vol’Jin seraient présents dans les mois à venir. Est-ce que le chaman orc le plus célèbre de l’univers reprendra les rênes de sa faction, ou se contentera t-il d’agir en tant que conseiller ? Au vu des informations dont nous disposons aujourd’hui, Saurcroc ferait un excellent chef de guerre : sage et au sang-froid, il est capable de prendre de bonnes décisions, mais n’hésitera pas à trancher des gens s’il le faut. Il sera également intéressant de voir, dans les extensions à venir, l’évolution de Zappy Boy. Tout comme Anduin au fil des années ou prochainement Yrel, il pourrait changer jusqu’à devenir un personnage principal !

Quoiqu’il en soit, les changements politiques de la Howde dans les prochains mois vont s’annoncer très intéressants…

 

 

 

  • L’ombre malicieuse des tentacules

 

Les Dieux Très Anciens, menace fortement inspirée du mythe de Lovecraft, sont parmi les méchants les plus stylés et les plus mystérieux de l’univers de World of Warcraft. Et depuis Wrath of the Lich King et Yogg-Saron, les DTA prennent de plus en plus d’importance.

Cela fait maintenant un petit bout de temps que l’on spécule sur N’Zoth, ce DTA réputé extrêmement intelligent niché dans les profondeurs de la mer – déjà à WOTLK, Yogg-Saron y faisait référence via sa boîte à secrets. Il’gynoth, deuxième boss du Cauchemar d’émeraude, a excité tous les loristes avec ses murmures sibyllins. En effet, les DTA et leurs serviteurs ont pour habitude de communiquer aux mortels via des phrases imagées, dont le sens caché en revêt finalement plusieurs.

Tout portait à croire que la suite de Legion nous amènerait face à N’Zoth mais Blizzard a surpris tout le monde (Teldrassil en premier) en mettant en avant le conflit Horde/Alliance. Mais ce conflit prendra place dans des îles reculées, le genre d’endroit où l’on pourrait croiser des sans-visages et autres joyeusetés millénaires. J’aurais pu faire un autre article théorique consacré aux Dieux Très Anciens mais il y a lien direct avec la Guerre des Épines déclenchée par Sylvanas. En effet, l’une des citations phares de Il’gynoth est la suivante : “Cinq clés pour nous montrer le chemin. Cinq torches pour éclairer la voie“. Il est communément admis que les Piliers de la Création, objets hautement importants durant la campagne de Legion, sont ces fameuses clés. Mais quid des torches ? Sur Reddit et les forums officiels, la réponse semble se dessiner depuis plusieurs mois :

 

  • Nordrassil, l’arbre-monde du Mont Hyjal
  • Andrassil (désormais Vordrassil), arbre-monde cassé en deux des Grisonnes
  • Shaladrassil, arbre-monde en partie corrompu à Val’Sharah
  • L’arbre-monde du Rêve d’émeraude, situé dans la version onirique du cratère d’Un’Goro Kanté
  • Teldrassil, qui est désormais littéralement une torche

 

Est-ce que les antiques arbre-mondes sont ces fameuses torches qui nous guideront sur le chemin ? Il n’est effectivement pas impossible que ce soit le cas, le nombre de cinq étant également à celui des Dieux Très Anciens. De ce fait, en brûlant Teldrassil, Sylvanas pourrait avoir ouvert le chemin à une corruption très insidieuse ; or, en parlant de ça, cette théorique existe en différentes versions, mais aussi avec sa réciproque ! Avant et après les événements in-game de la Guerre des Épines, beaucoup pensaient que Sylvanas pourrait avoir brûlé l’arbre-monde après y avoir détecté une corruption, agissant ainsi pour le bien du monde. Les détracteurs de cette théorie affirment que Ysera et Alextrasza ont purifié toute forme de corruption mais, en témoigne feu le croisé Bridenbrad, les Aspects n’ont pas le monopole de la guérison miraculé. Enfin, d’aucun affirment que la reine banshee est tout simplement corrompue par les DTA ou les Seigneurs du Vide, et a organisé cette crémation dans leur intérêt.

 

 

La fin de Battle For Azeroth pourrait donc nous emmener sur une intrigue globale et complexe orchestrée par N’Zoth, d’autant plus qu’un concept art d’Azshara a été dévoilé lors de la dernière BlizzCon. Dans le Cauchemar d’émeraude déjà, l’arme des prêtres ombres avait laissé entendre qu’une menace dormante et plus grande guettait. Mais par qui arriverait-elle ? L’éventuelle ouverture de Teldrassil ne semble pas suffisante, et il faudrait quelque chose d’impressionnant ; depuis le début de Legion, beaucoup pensent qu’ensemble, les cinq (cinq !) Piliers de la Création peuvent servir de clé pour libérer la puissance des DTA, et que Khadgar serait derrière tout ça. Mais s’il est vrai que toutes leurs licences ont prouvé que Blizzard adorait corrompre ses personnages sans raison, cela serait un peu gros de voir le nouveau Gardien se retourner contre nous.

Heureusement, on a Magni comme bouc-émissaire ! L’ancien roi de Forgefer s’est transformé en stalactite lors de Cataclysm, avant de revenir en tant que porte-parole d’Azeroth. Mais si ça n’était pas le Titan qui lui parlait, mais plutôt les DTA ? Leur influence s’étend profondément dans la surface de la planète, jusqu’à avoir corrompu le fœtus sommeillant dans le cœur de la planète. La citation d’Il’gynoth semble d’ailleurs aller dans ce sens : “The king of diamonds has been made a pawn“. Malgré lui, Magni pourrait donc orchestrer le retour de N’Zoth. Clairement, ça c’est du plot twist.

 

 

Si la plupart des phrases d’Il’gynoth, malgré leur origine douteuse, excitent nos sens de théoriciens, deux autres viennent particulièrement apporter leurs lots de questions. La première est “The boy-king serves at the master’s table. Three lies will he offer you“. Evidemment, le “boy-king” semble être une référence à Anduin Wrynn, mais il y a zéro élément nous permettant de suspecter une corruption par les DTA ; les “three lies” étant une question de point de vue, Anduin pourrait simplement être manipulé à son insu, un peu comme Magni. Mais un entre enfant-roi serait Irion, le prince noir et dernier héritier du susceptible Aile-de-Mort. Ses motivations n’ont jamais vraiment été connues, mais ses machinations, en revanche, sont dignes de N’Zoth ! On ne sait pas encore où Blizzard veut aller avec ce personnage, mais la firme californienne a clairement des plans pour lui.

La citation qui semble bien correspondre à l’extension à venir est la suivante : “At the hour of her third death, she will usher in our coming“. Mais alors, qui est mort trois fois ? Que ce soit réel ou métaphorique (la dernière option étant très probable avec les DTA et Blizzard), plusieurs choix s’offrent à nous, le plus évident étant Sylvanas Coursevent elle-même. Sa mort dans Battle For Azeroth est très probable, et pourrait bouleverser l’équilibre des forces en présence – et celui d’Azeroth. Jaina aussi est une piste très sérieuse ; sa première mort serait celle de la jeune fille qu’elle était quand Arthas a tourné le dos à la Lumière, et la deuxième quand Garrosh a un peu détruit Theramore. Ce dernier point est particulièrement intéressant, puisqu’une référence à l’ancienne ville ally de Kalimdor pourrait se cacher dans une autre citation d’Il’gynoth : “Her heart is a crater, and we have filled it“. Tout le monde le sait, à l’instar de la Dame Noire, Jaina est devenue de plus en plus sombre au fur et à mesure des extensions, allant jusqu’à vouloir l’extermination complète de la Horde. Le cratère qu’est son cœur n’est donc plus que haine, laquelle pourrait prendre forme en cas de mort de Jaina dans BFA. Une théorie intéressante et pragmatique veut que lorsque Jaina a chuté dans l’eau lors de la destruction de Theramore, elle ai rencontré dans les froides profondeurs des choses pas très recommandables. Vous voyez où je veux en venir.

 

 

Qu’elle que soit la réponse, Blizzard et N’Zoth semblent avoir posé leurs pierres pour construire une fin d’extension passionnante, et pleine de surprises. Battle For Azeroth en elle-même s’annonce épique, mais ses répercussions pourraient bien être fatales à de nombreuses personnes…

D’un point de vue gameplay, tout le monde s’accorde à dire que la Guerre des Épines était un event un peu court, avec peu de quêtes ou de trucs funs à faire. Mais d’un point de vue lore, les choses ont énormément avancé, en introduisant de nouvelles situations compliquées et en préparant le terrain à des plotlines excitantes.

Notons également que pas mal de joueurs ont annoncé avoir switché vers l’Alliance après les actes de Sylvanas, corrigeant ainsi le déséquilibre en faveur de la Horde qui a toujours existé. Je ne vous cache pas qu’en tant qu’ally, j’espère qu’on aura maintenant de bons joueurs en champs de bataille !

 

 

Rédacteur en chef de ce p'tit bien sympatoche ! Dispo sur Twitter : @RealMimil

Comment(s)

Laisser un commentaire