Crying Suns, le jeu indé français qui fait envie

La semaine dernière, j’ai découvert dans une vidéo un jeu indé français : Crying Suns, développé par Alt Shift, un studio montpelliérain fondé en 2010.  Crying Suns est un jeu ambitieux que le studio qualifie lui-même comme à mi-chemin entre Faster Than Light et Fondation (le livre de Isaac Asimov) dans lequel vous devrez explorer l’espace et, bien sûr, survivre.

Vous êtes l’amiral Ellys Idaho et vous êtes réveillé par Kaliban, un OMNI (un robot d’assistance et de gestion avec une puissance de calcul quantique) car la situation est grave ! Enfin, plus ou moins, puisque vous n’êtes pas Ellys Idaho mais son clone. En menant l’enquête vous vous rendrez compte que l’humanité se meurt à travers la galaxie, car les OMNI se sont mystérieusement tous éteints il y a plusieurs années.

 

 

Le jeu est donc un rogue-lite où l’histoire joue un rôle majeur et chaque partie vous permettra d’en apprendre plus ; vous serez mis devant des choix parfois cruels mais faites attention ! En effet si vous êtes trop en désaccord avec l’avis de votre équipage, une partie de ce dernier pourra déserter, compliquant vos missions à venir et vous forçant à dépenser des ressources pour recruter.

Le jeu se veux en partie similaire à FTL et le pari est réussi, on retrouve le système de gestion d’essence, de scraps et de saut dans des systèmes cependant les combats sont originaux.

 

 

Le système de combat se base sur des points de focalisation se rechargeant relativement lentement et qu’il faut dépenser pour déployer une arme ou des vaisseaux, il faut donc jouer de façon tactique mais aussi se laisser de la marge en cas de besoin. L’esthétique du jeu aussi bien visuelle que musicale est de qualité et renforce l’immersion, le jeu a d’ailleurs eu une campagne Kickstarter plus que réussie puisque sur les 25 000€ demandés 72 395€ ont été récoltés.

Crying Suns est prévu pour décembre 2018 sur PC, Mac et Steam, et disponible en précommande ici.

   

Vraccas

Joueur invétéré depuis toujours, fan de lore et d'histoires bien construites mais aussi de bon gros jeux défouloirs sans scénario.

Laisser un commentaire